Un enseignant poignardé à mort par un ancien élève

Il était enseignant au pôle universitaire Léonard-de-Vinci, à Courbevoie (Hauts-de-Seine). Un professeur d’anglais de 66 ans est décédé, ce mercredi, après avoir été poignardé à plusieurs reprises. Des coups de couteau donnés par un ancien élève, un homme de 37 ans récemment exclu de l’établissement.

L’agression a eu lieu vers midi devant le centre, un établissement privé d’enseignement supérieur, situé en plein coeur du quartier de la Défense, en périphérie de Paris. Une source proche du dossier a annoncé à l’AFP que le professeur, qui allait prendre sa retraite, a reçu 13 coups de couteau, dont un à la gorge. La police judiciaire des Hauts-de-Seine a été saisie de l’enquête par le parquet de Nanterre.

Les élèves ont été évacués immédiatement après l’agression et une cellule psychologique a été mise en place. « C’est un drame qui frappe l’ensemble de la communauté. C’est un enseignant de langue qui avait vingt ans de maison et qui était apprécié de tous », a déclaré Pascal Brouaye, directeur général du pôle universitaire. La direction de l’université a ensuite annoncé que les cours reprendront jeudi.

L’homme interpellé avait été exclu en 2017 de l’établissement. « Il a eu une scolarité normale au premier semestre, mais au 2e semestre, il n’a pas validé son année et il a donc été exclu en août », explique Sébastien Tran, directeur de l’école de management du pôle universitaire. L’agresseur soupçonné avait exprimé son mécontentement d’être exclu mais ne représentait pas « une menace particulière » pour autant.

Longtemps surnommé « fac Pasqua », le pôle universitaire Léonard-de-Vinci a été créé en 1995 par Charles Pasqua, alors président du conseil général des Hauts-de-Seine. Divisé en trois écoles (management, ingéniérie, multimédia), il accueille 6 000 étudiants. Son doyen avait notamment été mis en examen, en 2004, pour blanchiment dans le cadre d’une enquête sur un prêt consenti à Charles Pasqua dans le cadre de sa campagne présidentielle de 2002.