Gilets jaunes : le gouvernement annule les hausses de taxe pour 2019

Ni moratoire, ni suspension. Les augmentations de taxe sur les carburants prévues pour le 1er janvier 2019 sont «annulées pour l’année 2019», a affirmé le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, mercredi soir.

Le Premier ministre avait défendu mercredi après-midi à l’Assemblée sa décision d’un abandon dans le budget 2019 de la hausse de la taxe carbone. Mardi, le chef de l’exécutif penchait plutôt pour un moratoire de six mois annoncé mardi.

«La hausse de cette taxe est désormais abandonnée dans le Projet de loi finances 2019 (PLF). Elle ne sera pas dans le PLF 2019 et toute solution devra être issue du débat», a conclu le Premier ministre Edouard Philippe.

«Le Président de la République et le Premier ministre ont souhaité de concert que la hausse de la taxe carbone prévue dans le PLF 2019 soit supprimée», a fait savoir l’Elysée dans la soirée.

«Le débat citoyen et parlementaire des semaines et des mois à venir devra permettre de trouver les solutions et les financements qui répondront aux enjeux de la transition écologique, solutions qui devront préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens», ajoute le palais présidentiel dans un communiqué.

Pas de retour sur l’ISF

Techniquement, malgré la volonté de l’exécutif de ne pas laisser croire à une «entourloupe», ces déclarations de M. de Rugy et de l’Elysée ne ferment pas entièrement la porte à un retour de la hausse de la taxe carbone plus tard dans l’année 2019.

En revanche, le président de la République s’est opposé à tout retour de l’Impôt sur la fortune (ISF), réclamé par de nombreux Gilets jaunes. «Nous ne détricoterons rien de ce qui a été fait depuis dix-huit mois», a déclaré le chef de l’État. Dans la journée, certains de ses ministres avaient semé le doute sur les intentions du gouvernement à ce sujet.