Gilets jaunes : l’Elysée craint « une très grande violence »

L’Elysée craint « une très grande violence » samedi, a déclaré le palais présidentiel mercredi soir, peu après que le gouvernement avait fait un geste qu’il espère décisif en renonçant « pour l’année 2019  » aux augmentations de taxes sur les carburants, ce qui était la revendication à l’origine du mouvement des gilets jaunes.

L’exécutif tente encore jeudi de convaincre qu’il a entendu et compris la « colère insaisissable et incontrôlable » des gilets jaunes, à deux jours d’une nouvelle mobilisation qui fait craindre une explosion de violence. Le président Emmanuel Macron s’évertue à convaincre qu’il entend la colère des gilets jaunes.

Des dizaines d’appels à manifester samedi à Paris se concurrencent sur les réseaux sociaux, donnant pour la plupart rendez-vous sur les Champs-Elysées, qui a été le théâtre de scènes d’émeutes le 1er décembre.