Fin des activités de l’Aquarius en Méditerranée

Privé de pavillon depuis deux mois, l’Aquarius cesse ses activités de sauvetage en mer. Le navire a secouru plus de 30 000 migrants dans les eaux internationales depuis 2016.

« Renoncer à l’Aquarius a été une décision extrêmement difficile à prendre », ont annoncé conjointement Médecins sans frontières (MSF) et l’ONG SOS Méditerranée, jeudi 6 décembre. Le navire n’a pas reçu le soutien d’un état qui lui aurait permis de voguer sous pavillon, condition essentielle pour continuer à sauver des migrants de la noyade dans les eaux internationales.

Le directeur des opérations de SOS Méditerranée, Frédéric Penard, ne se résigne pour autant pas. « Nous refusons de rester les bras croisés sur le rivage alors que des gens continuent de mourir en mer », a-t-il insisté. Ajoutant, que son ONG étudiait « déjà activement les options pour un nouveau navire et un nouveau pavillon ». Médecins sans frontières a annoncé qu’« aussi longtemps que des gens souffriront en Libye », l’ONG cherchera à leur porter secours.

Pour empêcher ce qu’elle considère comme une non-assistance à personne en danger, SOS Méditerranée a lancé un appel à la mobilisation : « Aujourd’hui plus que jamais, a insisté sa directrice générale Sophie Beau, nous avons besoin du soutien de tous les citoyens qui croient encore en nos valeurs d’humanité en mer et désirent concourir à nos efforts pour trouver un nouveau navire et un nouveau pavillon ». 

2 133 morts en mer

Pour Médecins sans frontières, il s’agit d’« un jour sombre ». « La fin de nos opérations à bord de l’Aquarius signifie plus de morts en mer », constate Nelke Manders, directrice générale de l’ONG. SOS Méditerranée déplore « 2 133 personnes décédées en Méditerranée » depuis le début de l’année. Elle accuse aussi les états européens d’avoir « contribué à ces événements tragiques en soutenant les garde-côtes libyens pour intercepter les personnes en mer ». 

Le navire est bloqué à Marseille depuis le mois d’octobre, après avoir réussi à débarquer 58 migrants à Maltes. Bien que l’Aquarius ne puisse continuer ses actions humanitaires, d’autres missions de sauvetage existent encore, notamment en Espagne grâce à l’association Pro Activa Open Arms, qui continue ses patrouilles maritimes, non sans difficultés.

Pour Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, l’arrêt des activités du bateau à coque orange est « une excellente nouvelle ».