Facebook a partagé nos messages privés avec Netflix et Spotify

Facebook a échangé les données personnelles de ses utilisateurs avec plus de 150 entreprises entre 2010 et 2018.

Le New York Times révèle que Facebook a échangé discrètement les données de ses utilisateurs à d’autres géants du Web. Netflix, Spotify, Microsoft ou encore Amazon ont pu accéder aux messageries privées, au nom des amis et à certaines publications des utilisateurs du réseau social.

Les centaines de pages qu’a pu consulter le New York Times révèlent à quel point nos données personnelles sont devenues des marchandises prisées pour ces puissantes entreprises. En tout, 150 entreprises ont obtenu des données de centaines de millions d’utilisateurs entre 2010 et 2018.

Le quotidien américain a interviewé plus de 60 personnes, dont d’anciens employés de Facebook et de ses partenaires, d’anciens officiels du gouvernement américain.

Des géants du web « pas au courant »

Facebook a notamment autorisé le moteur de recherche de Microsoft, Bing, à accéder au nom des « amis Facebook » d’un utilisateur en particulier. Amazon pouvait connaître les mails et numéros de téléphone de ceux qui les avaient renseignés. Yahoo! consultait librement certaines publications d’amis d’utilisateurs. Apple avait accès à des données liées aux événements.

Netflix et Spotify pouvaient quant à eux écrire, lire et supprimer les messages de certains utilisateurs, tout comme une banque canadienne. Les porte‐paroles des deux géants du streaming ont affirmé n’avoir pas eu connaissance de ces possibilités.

Facebook nie

Les utilisateurs peuvent se connecter à certaines plateformes « via Facebook » : c’est grâce à cette fonctionnalité que certains groupes ont pu avoir accès aux données des utilisateurs. « Sans leur consentement », d’après le New York Times.

Mais Facebook nie. « Aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n’a donné à ces entreprises accès à des informations sans la permission des utilisateurs, ni enfreint notre accord de 2012 avec la FTC », a déclaré Konstantinos Papamiltiadis, directeur des plates‐formes et programmes de développement.

Offrir un accès à ces données sans consentement constituerait un violation de l’accord avec la FTC (Federal Trade Commission), le régulateur du commerce américain. D’après Facebook, ses utilisateurs avaient dû au préalable explicitement donner leur accord sur Facebook. 

Des contenus ciblés

L’objectif pour l’entreprise de Mark Zukerberg était d’étendre son empire en ligne. En attirant plus d’utilisateurs, Facebook augmentait ses revenus publicitaires. Les entreprises qui ont eu accès à ces données affirment au New York Times qu’elles ont été utilisées « de façon appropriée », sans préciser les termes exacts du contrat avec Facebook.

Pour les entreprises, connaître ces données permet de cibler les consommateurs, en leur proposant des produits adaptés à leurs envies.