Les Etats‐Unis envisagent un retrait complet de la Syrie

C’est un virage à 180° degrés de la stratégie militaire américaine. Un officiel américain à affirmé à l’AFP que les Etats‐Unis allaient retirer leurs troupes de Syrie, après un tweet de Donald Trump estimant avoir atteint son objectif de « vaincre le groupe Etat islamique » dans le pays. « C’est un retrait total » qui interviendra « aussi rapidement que possible », a indiqué le responsable américain à l’AFP.

« Nous avons vaincu le groupe Etat islamique en Syrie, la seule raison pour moi pour laquelle nous étions présents pendant la présidence Trump »

 

L’éventualité d’un retrait des troupes américaines en Syrie a déjà évoquée à plusieurs reprises par Donald Trump depuis son investiture. Mais cette perspective ne fait pas l’unanimité au sein de son administration. En avril dernier, le secrétaire à La Défense Jim Mattis estimait ainsi en avril dernier qu’il n’était pas souhaitable de procéder à un retrait militaire avant que les diplomates n’aient « gagné la paix ». « Nous devons éviter de laisser en Syrieun vide qui puisse être exploité par le régime d’Assad ou ses soutiens », ajoutait le chef du Pentagone.

La semaine dernière encore, l’émissaire des Etats‐Unis pour la coalition internationale antijihadistes, Brett McGurk, assurait que les Américains avaient vocation à rester encore pendant un bon moment en Syrie. « Même si la fin du califat en tant que territoire est maintenant clairement à portée de main, la fin de l’EI prendra beaucoup plus longtemps », avait‐il dit devant la presse à Washington, car « il y a des cellules clandestines ».

Les Etats‐Unis disposent actuellement d’environ 2000 soldats sur le sol syrien, déployés en soutien des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes. Un soutien qui suscite la colère de la Turquie qui considère que les milices kurdes YPG, membres des Forces démocratiques syriennes, sont une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les séparatistes kurdes de Turquie.

Ces révélations sur l’avenir de la présence militaire américaine en Syrie interviennent au moment où Ankara menace de lancer une nouvelle offensive contre le nord de la Syrie, alors que la quasi‐totalité des anciens territoires contrôlés par l’EI ont été repris. Le calendrier de ce retrait des troupes américaines reste cependant encore inconnu.