Accusations de viol contre Luc Besson : l’enquête classée sans suite

Le réalisateur était accusé de viol par une actrice belge. Faute d'éléments, le parquet a classé l'affaire sans suite.

Il avait toujours démenti les accusations de viol qui pesaient contre lui. Neuf mois d’enquête plus tard, l’affaire visant Luc Besson est finalement classée sans suite. Le parquet de Paris a annoncé sa décision ce lundi 25 février en expliquant que les investigations n’avaient pas « permis de caractériser l’infraction dénoncée ». Une comédienne belge, Sand Van Roy, avait déposé plainte contre le cinéaste français de 59 ans, le 18 mai dernier. Elle l’accusait de l’avoir violée quatre fois.

L’actrice de 29 ans a raconté aux enquêteurs avoir entretenu une relation intime avec le réalisateur du Cinquième élément pendant environ deux ans. Elle a expliqué dans les médias s’y être sentie prise au piège à cause des liens professionnels qui les unissaient. En juillet, elle a déposé une nouvelle plainte pour viols.

Neuf femmes témoignent contre Luc Besson

Entendu par les policiers en octobre, Luc Besson avait fermement démenti ces accusations. Mais après Sand Van Roy, huit autres femmes l’ont accusé de gestes déplacés et de harcèlement sexuel dans des témoignages recueillis par Mediapart. Le pureplayer d’investigation a publié vendredi un neuvième témoignage, d’une actrice vivant aux Etats‐Unis. Elle est l’auteure d’une lettre envoyée le 13 février au procureur de la République pour soutenir Sand Van Roy. Elle y racontait comment le réalisateur du Cinquième élément avait tenté de l’agresser sexuellement en mars 2002. Ces faits‐là sont prescrits.