Europe 1 épinglée pour le fichage d’un demi‐million d’auditeurs

La radio Europe 1 a été épinglée par la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) pour avoir fiché pendant plusieurs années et parfois dans des termes insultants plus d’un demi‐million d’auditeurs qui appelaient l’antenne.

« FACHO !!! », « voix de vieille pédale », « accent juif tunisien » : ces mentions ont été inscrites dans la case « commentaire » du logiciel de gestion des appels réceptionnés au standard d’Europe 1 pendant plusieurs années. Les standardistes, chargés du casting des auditeurs avant leur possible passage en antenne, ont qualifié près de 483 auditeurs de manière insultante selon la Cnil.

Au total, 573 315 personnes ont été fichées depuis 2002 et les données ont été stockées dans le logiciel.

Liste noire d’auditeurs

C’est en 2016, lorsqu’elle inspecte la radio, que la Cnil s’intéresse à ce logiciel où les fiches sont créées puis stockées. Un an plus tard est rédigé un rapport. L’autorité y pointe un fichage « excessif », contraire aux dispositions de la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978, comme le rapporte Médiapart, qui a révélé l’affaire dimanche, car le rapport et l’avertissement émis par la Cnil n’ont pas été rendus publics.

En plus du fichage des auditeurs, la radio a également constitué une liste noire d’auditeurs. Près de 500 personnes étaient interdites d’appel. Cette pratique est très réglementée et implique que les personnes concernées soient informées.

La radio s’est défendue auprès de Médiapart en invoquant l’incapacité des téléopérateurs, des étudiants qui géraient le standard de manière sporadique, et un problème technique concernant la conservation des données. Le vice‐président de la radio, Laurent Guimier, a expliqué sur Twitter que la « direction avait alors corrigé ces dérives inadmissibles ».