Ford rejette définitivement l’offre de reprise de son site en Gironde

C’est un nouveau pas vers la fermeture de l’usine. Le constructeur automobile Ford a confirmé ce lundi matin qu’il rejette l’offre de reprise de son site situé à Blanquefort, près de Bordeaux, en Gironde.

Il s’agissait de la seconde offre de reprise de Punch, seul repreneur jugé fiable par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Lors de la première proposition faite par l’industriel franco-belge, Ford avait mis en avant un manque de « garanties » nécessaires pour « maintenir la viabilité de l’entreprises au cours des premières années » pour expliquer son refus.

A la place, Ford continue de privilégier un plan social pour les 800 salariés du site. Une décision censée permettre « aux salariés d’avoir le plus de visibilité sur leurs options à venir », a affirmé ce lundi un porte-parole de l’entreprise.

Aujourd’hui, l’avenir de l’entreprise reste incertain. Les représentants syndicaux et des élus locaux doivent être reçus ce lundi à 17 heures par Bruno Le Maire. Ils espèrent obtenir un engagement fort du gouvernement pour sauver les quelque 800 emplois de ce site. L’Etat fait à présent figure de dernier espoir.

Le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), jugé par Ford comme étant plus avantageux pour les salariés, doit de nouveau être étudié par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) le 4 mars prochain.