Un ancien proche de Marine Le Pen emploie la fille d’un porte‐parole de Poutine

Aymeric Chauprade, ancien conseiller de Marine Le Pen, a choisi comme stagiaire au Parlement européen la fille d'un très proche de Vladimir Poutine.

Un indice supplémentaire de la proximité entre la Russie et l’extrême-droite française ? D’un côté, Aymeric Chauprade, ancien conseiller pour les affaires internationales de Marine Le Pen. De l’autre, Elizaveta Peskov, fille de Dmitry Peskov, porte‐parole de Vladimir Poutine. Entre eux, une convention de stage qui lie Elizabeta Peskov à Aymeric Chauprade, député européen, depuis novembre 2018 et jusqu’en avril 2019. « Une pratique normale », a réagi Dmitry Peskov mardi matin. Il a affirmé qu’il n’avait « rien à voir » avec le stage de sa fille.

Élu au parlement européen en mai 2014 sous l’étiquette Front national — le parti d’extrême-droite était, à cette occasion, devenu le premier parti de France -, Aymeric Chauprade siège en indépendant depuis qu’il s’est brouillé avec les dirigeants de la formation lepéniste. Il recrute régulièrement des stagiaires pour l’aider dans ses fonctions de parlementaire, lesquels sont rémunérés 1 000 euros par mois. C’est la paie que touche Elizaveta Peskov depuis ses débuts aux côtés du député européen, en novembre.

Intérêt pour la Russie

La révélation de ce stage par la radio privée Radio Free Europe, financée par le Congrès américain, interroge notamment sur la teneur des documents auxquels Elizaveta Peskov, qui étudie le droit en France, a pu avoir accès. Mais « elle n’a accès qu’à des données publiques, elle n’a pas accès au débats à huis clos », a assuré Aymeric Chauprade. « M. Chauprade lui‐même n’a jamais eu accès à des documents confidentiels », a d’ailleurs estimé une porte‐parole du Parlement européen, Marjory van den Broeke.

Aymeric Chauprade n’a jamais caché son intérêt pour la Russie. En 2014, il avait assisté en qualité d’observateur au référendum d’indépendance de la Crimée, organisé par Moscou. Il estime à ce sujet que la Crimée « était Russe historiquement ». Il fait partie, au Parlement européen, de la délégation UE/Russie. Il sait, cependant, qu’il devra quitter ce poste en mai, à la suite du prochain scrutin européen. Parti du Front national (devenu Rassemblement national), Aymeric Chauprade ne sera pas candidat à sa réélection.