Algérie : les étudiants ravivent la mobilisation contre Bouteflika

La fac centrale d’Alger s’est réveillée ce matin aux cris « Non au 5e mandat ! », « Bouteflika dégage ! », « Algérie libre et démocratique » des étudiants de la ville. Ils étaient des milliers aujourd’hui dans les rues de la capitale algérienne à manifester contre la perspective d’un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, âgé de 81 ans, au pouvoir depuis 1999 et souffrant d’importantes séquelles après un accident vasculaire cérébral en 2013.

Le pays entier vit depuis vendredi dernier au rythme de ce genre de manifestations. Une mobilisation inédite depuis des années dans le pays par son ampleur et ses slogans n’hésitant pas à viser directement le chef de l’État et son entourage. Après une accalmie ce week‐end, ce sont donc les étudiants qui ont relancé le mouvement ce mardi. Ils se sont réunis au mot d’ordre « Pas en mon nom ! », lancé sur les réseaux sociaux, après que 11 associations étudiantes ont affiché leur soutien à la candidature de M. Bouteflika.

Lire aussi : Algérie : face à la censure, la révolte gronde aussi dans les médias

D’abord réunis dans l’enceinte de l’université pour éviter la confrontation avec la police, plusieurs centaines de jeunes ont ensuite gagné la place Audin, avant d’être rejoints par d’autres groupes, formant ainsi un cortège de plusieurs milliers de personnes. Des enseignants se sont également joints au mouvement : « nous avons le devoir d’incarner la voix du peuple qui se lève contre un système politique devenu une véritable menace pour notre avenir et la stabilité du pays », ont‐ils revendiqué.

Aucun incident n’a éclaté avec la police, mais le Premier ministre Ahmed Ouyahia a mis en garde les Algériens « contre les risques de dérapages sérieux », agitant le spectre de la « décennie noire » de guerre civile en Algérie (1992–2002), à laquelle M. Bouteflika est largement crédité d’avoir mis fin. Le Premier ministre a également exhorté les manifestants à s’en remettre aux urnes.

Parmi les jeunes qui manifestaient aujourd’hui, certains n’ont jamais connu un autre président qu’Abdelaziz Bouteflika.

A écouter : “Il y a autant de force à manifester en France”, Inès, Française d’origine algérienne