Une prime de 3810 euros pour les salariés de PSA

Le patron de PSA (Peugeot, Citroën, Opel…), Carlos Tavares, a annoncé mardi une prime de 3810 euros brut pour ses salariés en France qui touchent jusqu’à deux fois le Smic. « Nous allons verser, au titre des résultats de 2018, une prime de performance et d’intéressement de 3 810 euros, qui se compare à 2660 l’année dernière, donc un accroissement de 43 % », a‐t‐il détaillé sur Franceinfo.

Si PSA distribue des primes à une partie de ses employés depuis plusieurs années, de nombreuses entreprises françaises comme SNCF, Total et Orange ont aussi versé des primes exceptionnelles ces derniers mois. En décembre, le président Emmanuel Macron avait encouragé ces démarches afin d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés concernés, dans le contexte de la crise des gilets jaunes.

Résultats historiques en 2018

Cette annonce est intervenue parallèlement à la publication des résultats annuels de 2018, qualifiés d’ « historiques » par le patron du groupe. En 2018, PSA a enregistré une hausse de son bénéfice net de 47 % à 2,83 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires a progressé de près de 19 % à 74 milliards d’euros, un nouveau record pour le constructeur automobile français. Un résultat dû en grande partie au rachat, en 2017, du constructeur allemand Opel.

PSA a annoncé mardi qu’il visait une rentabilité des activités automobiles supérieure à 6 % à l’horizon 2021. Dans un marché automobile incertain, le directeur financier, Philippe de Rovira, a précisé que les prévisions du groupe étaient valables y compris dans les scénarios les plus pessimistes, incluant l’éventualité d’un « hard Brexit », une sortie du Royaume‐Uni de tous les marchés commerciaux de l’Union européenne.