Michael Cohen : qui est l’ancien « pitbull » de Trump auditionné au Sénat ?

« Raciste », « escroc »... Après avoir été entendu à huis clos par la commission sénatoriale du renseignement ce mardi, l'ancien avocat de Donald Trump a promis de ne pas faire de cadeau à son ancien client, selon des informations du New York Times.

Actuellement au Vietnam pour sa rencontre avec Kim Jong‐Un, loin de Washington, le locataire de la Maison‐Blanche sera pourtant dans toutes les têtes. D’après plusieurs médias américains, l’audition au Congrès de son ancien avocat ce mercredi promet de contenir de nombreuses attaques à l’encontre de Donald Trump.

Un fidèle de Donald Trump pendant dix ans

Il était considéré comme l’un des plus proches fidèles de l’homme d’affaires. Ironiquement présenté comme le sixième enfant du magnat de l’immobilier, Michael Cohen faisait partie de la garde rapprochée du président et a été le vice‐président de la Trump Organization pendant dix ans.

Surnommé le « pitbull » de Donald Trump pour son aptitude à le défendre bec et ongles à chaque attaque dont il était victime, Michael Cohen a été son avocat pendant plus de dix ans. Très proche de l’homme d’affaires qu’il considérait comme son mentor, il s’est déjà dit prêt à « recevoir une balle pour lui. »

Un ambitieux habitué des techniques d’intimidation

Natif de Long Island, Michael Cohen débute sa carrière à New York dans le Queens où il se fait connaître comme « chasseur d’ambulance », selon l’expression employée aux Etats‐Unis, c’est-à-dire comme avocat prêt à offrir leurs services à des clients de tout genre. Parmi eux, une femme impliquée dans une arnaque à l’assurance fondée sur un faux accident de la route.

Le juriste se prête ensuite à des pratiques à la frontière de la légalité, voire contraire à la déontologie de sa profession, n’hésitant pas à user de techniques d’intimidations ou à verser des sommes d’argent pour éviter des procès.

Devenu collaborateur de Donald Trump, il avait menacé en 2015 de transformer en « enfer » d’un reporter du Daily Beast qui l’avait contacté pour l’interviewer sur des accusations formulées par Ivana Trump, l’ex épouse du président.

Un retournement de veste spectaculaire à l’encontre de Trump

En août dernier, alors que le président américain est dans la tourmente avec les soupçons d’ingérence russes dans la campagne présidentielle de 2016, une nouvelle attaque survient au sein de ses hommes de confiance.

Entendu par le tribunal fédéral de Manhattan, Michael Cohen affirme avoir, « à la demande du candidat », payé deux femmes qui soutenaient avoir eu une liaison avec Donald Trump « avec l’intention d’influencer l’élection » présidentielle de 2016. En échange de leur silence, il leur aurait versé des sommes de 130 000 et 150 000 dollars.

Michael Cohen n’a pas précisé les noms des femmes en question, mais l’une de ces sommes correspond à celle reçue par Stormy Daniels, actrice pornographique qui avait fait la une des médias fin 2018 lorsqu’elle avait affirmé avoir eu une liaison avec le président une dizaine d’années plus tôt.

Jeudi, l’avocat devra s’exprimer à nouveau, cette fois à huis‐clos, sur l’affaire de l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine et sur l’implication de l’équipe Trump. Sujet hautement sensible et pour lequel le chef d’Etat dément toute implication depuis 2016, mais que les Démocrates entendent bien éclaircir avant la fin du mandat de Trump.