Trois ans de prison ferme pour un «gilet jaune»

Serge, un “gilet jaune” de 43 ans, a écopé de trois ans et trois mois de prison ferme à Caen, pour des actes de violence à l’encontre des forces de l’ordre, lors de trois manifestations à Caen et à Mondeville (Calvados).

Le quadragénaire au chômage, admet ne pas être un « “gilet jaune” de la première heure », et ne formule aucune revendication politique. Il reconnaît toutefois les faits. « J’ai buggé quand j’ai vu à la télé les violences policières contre les “gilets jaunes”», explique‐t‐il, « j’ai pris mon lance‐pierre pour aller dans les manifs. Pour viser les forces de l’ordre (…) et les faire reculer.»

Une opération qu’il avait anticipée. Équipé d’un masque chirurgical et d’un casque, il lance un appel sur Facebook peu avant un rassemblement pour que d’autres manifestants le fournissent en projectiles. Au total, il reconnaît avoir lancé des centaines de billes et d’écrous aux forces de l’ordre.

Cette décision inédite pour un manifestant du mouvement des « gilets jaunes » prend en compte le passé judiciaire du prévenu. Son casier contenait 18 autres mentions pour actes de violence, conduite sans permis et trafic de stupéfiants. S’y ajoute l’usurpation d’identité, auprès de son frère. « Lui n’a pas de mention, il ne risquait rien ! » , s’est justifié le quadragénaire.