Le «one man show» d’Emmanuel Macron n’amuse pas La France Insoumise

Le parti de Jean-Luc Mélenchon a saisi le CSA sur le temps de parole d'Emmanuel Macron à quelques mois des élections européennes. 

«Désormais, nous avons trois fois par semaine des heures et des heures d’Emmanuel Macron». Vendredi 1er mars sur Europe 1, le député LFI Eric Coquerel s’est insurgé contre La République en Marche «en campagne avec le président en tête de liste». L’élu de Seine‐Saint‐Denis a annoncé que son parti avait saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur le temps de parole d’Emmanuel Macron à trois mois des élections européennes.

Eric Coquerel a fustigé un «dirigeant qui justifie sa politique à longueur d’antenne». «C’est un one‐man show et donc, évidemment, à la fin, cela a une influence sur le public», a ajouté le député.

Les Républicains, le Rassemblement national et le Parti socialiste avaient déjà annoncé avoir saisi le CSA. Pendant la campagne des Européennes, les règles de temps de parole s’appliqueront six semaines avant le scrutin.