Mort d’Adama Traoré : les juges vont demander une nouvelle expertise médicale

L’enquête avait, jusque ici, attribué la mort du jeune homme à son état de santé antérieur, une version contestée par sa famille.

Les juges d’instruction chargés de l’enquête vont ordonner de nouveaux examens médicaux pour déterminer les raisons de la mort d’Adama Traoré, décédé en juillet 2016 à l’issue d’une course‐poursuite avec la police à Beaumont‐sur‐Oise (Val-d’Oise). Selon l’AFP, ils estiment que le dernier rapport ne peut pas être considéré comme une expertise judiciaire : les quatre médecins des hôpitaux de Paris qui l’ont signé n’ont pas été désignés par les magistrats, ne figurent pas sur les listes d’experts auprès des cours d’appel ou de la Cour de cassation et n’ont pas prêté serment.

Cette expertise concluait que la mort d’Adama Traoré avait été provoquée par la combinaison d’une maladie génétique rare et d’un épisode de stress. Les proches du jeune homme affirment depuis que son décès est dû à la violence de son interpellation. Sa sœur Assa a déclaré début avril à France Info qu’elle disposait de «tout les éléments pour une mise en examen des gendarmes et pour arriver à un procès».