Notre‐Dame, au coeur du Paris de carte postale

Ce lundi, l'incendie de la cathédrale de Notre-Dame et sa destruction partielle a ému bien au-delà des remparts de la ville. L'une des raisons de cette émotion: le caractère symbolique du monument et sa silhouette si reconnaissable. 

Suite à l’incendie de lundi soir, on a vu fleurir sur les réseaux sociaux les hommage à la cathédrale de l’île de la Cité. Des dizaines de milliers de photos ont été publiées sur Instagram — par des Parisiens et la communauté internationale -, montrant Notre‐Dame en flammes ou simplement trônant paisiblement en bord de Seine. Mardi midi, plus de 2,4 millions de publications portaient le hastag #notredame, sur le réseau de partage d’images.

La page du hastag #notredame sur Instagram

Il faut dire que l’Église du XIIIe siècle n’est pas qu’un lieu de culte. La cathédrale gothique est le monument le plus visité d’Europe. Un monument emblématique de Paris, dont même ceux qui n’ont jamais visité la ville lumière connaissent la silhouette si particulière.

L’iconographie autour de la cathédrale à commencé dès sa construction. Comme en témoignent les images d’archives. Ci‐dessous, une gravure représentant l’édifice juste après sa rénovation dans le style gothique au XIIIe.

Façade de Notre‐Dame, gravure, XIXème siècle

Dès l’apparition du tourisme, avec la pratique aristocratique du Grand Tour, au cours du XIXe siècle, Paris est un passage obligé. La cathédrale de Notre‐Dame de Paris aussi. Ici, une vue de la cathédrale depuis le quai Montebello. On remarque l’absence de la flèche qui s’est effondrée, ce mardi. Celle‐ci n’a été construite qu’à la fin de la rénovation controversée par Viollet‐le‐Duc.

Dessin de l’Abside de l’Eglise Notre Dame à Paris, 1932

Au XXe siècle, le tourisme devient une pratique de plus en plus populaire. Et avec une pratique que l’on oublie aujourd’hui: la mode des cartes postales. Les aquarelles et les premières photographies des grands monuments parisiens envahissent alors les étals des marchands de journaux et des kiosquiers. Parmi ces monuments, Notre‐Dame est l’un des plus représentés.

Carte postale de l’Abside de Notre‐Dame, 1935
Dos d’une carte postale figurant l’Abside de Notre‐Dame

Dans les années 1950, Paris a définitivement acquis sa réputation de «ville de l’amour». Les photographes, les cinéastes prennent plaisir à mettre en scène l’atmosphère magique des abords de l’île de la Cité en jouant avec l’ombre du symbole romantique par excellence : Notre–Dame. Ici, les stars hollywoodiennes Audrey Hepburn et Humphrey Bogart pendant le tournage de Charade.

Depuis lors, Notre‐Dame n’a jamais cessé d’être une étape très photogénique dans la visite de la capitale. Avec la démocratisation des appareils photo puis des smartphones, les photos‐souvenirs de Notre‐Dame sont entrées dans les albums de famille. Beaucoup, en France et à l’Etranger, ont en tête des images de leurs parents, leur cousine, leurs amis, d’eux-même sur le parvis, tout petit devant les imposants beffrois de pierres. Cette dimension à la fois symbolique et intime de Notre‐Dame est, peut‐être, l’une des raisons pour laquelle cette incendie émeut tant.

Une parisienne passionnée de photo poste ses clichés‐souvenirs de Notre‐Dame