Notre-Dame-de-Paris : Une enquête ouverte

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « destruction involontaire par incendie ». L'hypothèse criminelle n'a pas été retenue. L'accident pourrait être lié aux travaux de rénovation entrepris depuis 2018.

L’incendie serait parti des combles de la cathédrale, un peu avant 19 heures. Un espace très difficile d’accès, situé au cœur de l’important chantier de rénovation lancé depuis l’été 2018. Au moment du départ de feu, les ouvriers n’étaient a priori déjà plus sur place. La charpente, constituée de poutres en bois, datait du XIIIe siècle. Elle s’est immédiatement embrasée.

Le pire a été évité. Mais pendant la nuit, il y a eu la crainte « de voir la structure s’effondrer », a expliqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus, des pompiers de Paris.

Quatre cents soldats du feu ont été mobilisés avec dix-huit lances à incendies. Cependant, les autorités ont refusé de recourir à des hydravions. Dans un tweet, la Sécurité civile a estimé que « le largage d’eau par avion sur ce type d’édifice pourrait entraîner l’effondrement de l’intégralité de la structure ». Vers 23 heures, l’intervention des pompiers avait permis de sauver les deux tours. A 4 heures du matin, l’incendie était « maîtrisé ».

Une enquête a été ouverte pour « destruction involontaire par incendie », a annoncé le parquet de Paris. Selon les pompiers, l’incendie pourrait être « potentiellement lié » aux travaux de rénovation. Ils visaient à remplacer le plomb de la toiture et des statues. Mais il s’agissait aussi de nettoyer l’édifice noirci par la pollution.

Les ouvriers ont été auditionnés pendant la nuit. Mais l’enquête s’annonce déjà difficile au vue de l’étendu des dégâts. La charpente et l’ensemble de la toitures sont entièrement détruits. La flèche, ainsi qu’une partie de la voûte se sont effondrés.

Pour autant, un doute persiste. Une partie de la cathédrale est toujours menacée. Le secrétaire d’Etat Laurent Nunez ne masquait pas son inquiétude mardi matin. « La vraie question maintenant, ça va être de savoir comment la structure va résister », a‑t-il expliqué à la presse.

Lundi soir, le gouvernement parlait déjà de reconstruire. « Cette cathédrale nous la rebâtirons. Une souscription nationale sera lancée », a annoncé Emmanuel Macron. Néanmoins, une hypothétique reconstruction de la cathédrale prendra du temps. Au moins, plusieurs décennies.