Hommage aux pompiers de Paris : «c’est important d’être là»

Les sapeurs-pompiers de Paris et le général Gallet ont été remerciés ce jeudi lors d'une cérémonie devant l'Hôtel de Ville. Leur bravoure lors de l'incendie de Notre-Dame avait été saluée par le président plus tôt dans la matinée. 

Il est 16 heures et les derniers arrivants s’entassent doucement sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Sous un soleil chaud annonçant le retour des beaux jours, ils sont plusieurs centaines à s’être regroupés pour rendre hommage aux sapeurs‐pompiers de Paris, trois jours après l’incendie qui a consumé Notre‐Dame. En milieu de journée, les combattants du feu avaient été reçus par le président de la République, à l’Élysée.

Mathilde et Thès, 16 ans, ne savaient pas qu’il y avait un hommage quand elles ont quitté leur banlieue parisienne, un peu plus tôt dans la journée, pour venir voir la Dame brûlée. «Nous avons vu qu’il y avait une cérémonie et nous sommes restées. C’est important d’être là pour les pompiers», soutiennent les jeunes filles.

À quelques mètres, Arlette et Viviane, 70 ans, sont venues pour spécialement pour saluer les soldats du feu. «Les pompiers ont accompli un exploit au péril de leur vie pour sauver Notre‐Dame», assurent‐elles. Lundi, Viviane était là lorsque les flammes ont avalé la flèche de la cathédrale. «Je suis aussi venue pour échanger avec les gens», murmure‐t‐elle. Les minutes passent et la foule attend, tranquille, alors que la douce ambiance du parvis est régulièrement secouée par des applaudissements.

Vers 16 heures et demie, la cérémonie démarre sous un air de Bach au violoncelle et s’éveille à la lecture d’un texte de Victor Hugo. La maire de Paris, Anne Hidalgo, s’avance ensuite sur le devant de l’estrade. Lorsqu’elle prononce le nom du général Jean‐Claude Gallet, commandant de la Brigade de sapeurs‐pompiers de Paris, la foule applaudit longuement.

Crédit : Justine Rodier
Anne Hidalgo rend hommage aux sapeurs‐pompiers de Paris. Crédits : Justine Rodier

«Cher Général Gallet, vous avez sauvé une part de nous‐même. Nous avons vu votre courage sans limites et votre détermination sans failles. Nous vous avons vu prendre tous les risques», a solennellement remercié Anne Hidalgo. Durant son hommage, la maire a annoncé, sous l’approbation de la foule, qu’elle proposerait au prochain conseil de Paris que la citoyenneté parisienne, honneur symbolique, soit remise à Jean‐Claude Gallet.

«Les applaudissements nous font plaisir»

Alors que la maire se retire et laisse le devant de la scène à Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur invite des sapeurs‐pompiers de Paris à monter sur l’estrade. Largement applaudis par la foule, ils reçoivent une pluie de «bravos» vigoureusement criés ça et là. «Attendre quelques secondes, c’était risquer de voir la cloche tomber et de voir les tours s’effondrer», a rappelé Christophe Castaner, grave. Avant d’ajouter : «ils sont allés au‐delà de leur devoir». «Merci les pompiers !», crie un homme alors que s’achève l’hommage.

Christophe Castaner a invité les sapeurs‐pompiers de Paris à le rejoindre sur l’estrade. Crédits : Justine Rodier

«C’était très bien, très émouvant», s’attendrit Christian, 75 ans, alors que la foule se dissipe. «C’est la moindre des choses !», lâche Simone. «Ce n’était pas grandiose. Ils ont été reconnus, il y avait quelques personnalités… rien de spécial. Il faudrait les remercier plus souvent !», se fâche la soixantenaire. Dans un coin du parvis, une vingtaine de pompiers sont postés pour assurer la sécurité. Certains d’entre eux étaient présents à Notre‐Dame.

«Depuis trois jours, les gens nous saluent. Aujourd’hui, les applaudissements nous font plaisir», affirme l’un d’entre eux. «Mais nous ne faisons pas notre métier pour être remerciés. Nous sommes humbles et discrets. La seule chose qui nous importe est que le feu ait été arrêté et qu’il n’y ait pas eu de victime», ajoute‐t‐il.

Les personnalités politiques unanimes

De gauche à droite en passant par le centre, les personnalités politiques présentes dans la foule semblent unanimes quant à leurs impressions sur l’hommage. «Je l’ai trouvé magnifique, sobre et digne. Les pompiers ont été à la hauteur du courage qu’on leur prête», indique Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris. «Il était important de saluer l’intelligence du général Gallet», ajoute‐t‐elle, en rappelant qu’avec les récentes explosions et incendies dans Paris, les pompiers méritaient d’être remerciés.

Porte‐parole du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella abonde également dans ce sens. «La cérémonie les a honoré. Les citoyens, par leur applaudissements, leur ont témoigné de la reconnaissance», a‐t‐il dit. «Dans ces situations, il n’y a pas de politique. Il n’y a pas de gauche, pas de droite», a ensuite assuré celui que est aussi tête de liste aux européennes pour le RN.

Face à Notre‐Dame, le parvis de l’Hôtel de Ville rend hommage aux pompiers. Crédits : Justine Rodier

Alors que la foule a déjà réduit de moitié, Christine, 51 ans, regrette le manque de soutien quotidien aux pompiers. «Il faudrait les valoriser davantage de manière générale ; pas seulement lorsque Notre‐Dame brûle. Ils pourraient notamment recevoir des primes ou avoir des récompenses plus personnelles», suggère‐t‐elle.

«Ce n’est pas un jour à polémique», commente Cédric Villani, député LREM de l’Essonne. «Aujourd’hui est un jour important où les politiques de tous bords se sont rassemblés. Il faut vivre ce moment de communion et nous nous en rappellerons plus tard, quand on parlera des conditions de travail des pompiers.»