Greta Thunberg, le visage d’une génération écolo

Greta Thunberg, la jeune activiste suédoise de 16 ans, publie son premier essai, Rejoignez-nous,  mercredi 24 avril. Une nouvelle étape, pour elle, dans sa conversion des jeunes français à la cause écologiste.

« On a enfin le sentiment d’être entendu ! »  Solenne, 20 ans, se réjouit de l’influence médiatique considérable de Greta Thunberg, une jeune militante suédoise qui souhaite alerter les dirigeants du monde entier contre le réchauffement climatique. « Je me suis engagée après son appel sur les réseaux sociaux en mars » , confie Solenne avec un sourire.

Comme beaucoup de jeunes, cette étudiante en lettres a participé le 15 mars à sa toute première manifestation pour la « grève mondiale pour l’avenir », une mobilisation internationale contre le réchauffement climatique. « Si je suis venue, c’est grâce à Greta Thunberg », explique la jeune Nantaise.

Vers une révolution verte 

 Greta Thunberg est devenue le nouveau visage de la lutte pour le climat chez les étudiants, les lycéens et même les collégiens. « Depuis plus d’un mois, nous organisons chaque vendredi un sit-in pour le climat dans notre collège Sophie Germain », explique Souleyman, 12 ans. Pour cet élève de 5ème, la jeune Suédoise de quatre ans son aînée est bien une source d’inspiration. « Sur nos joues, nous dessinons des larmes vertes en signe de ralliement », explique fièrement le jeune garçon.

« Elle m’inspire le futur », s’exclame Pénélope, 15 ans. Pour cette élève de 3ème, Greta Thunberg a joué un rôle déterminant dans son engagement pour l’écologie. « Je trouve son action hyper inspirante, je n’aurais jamais osé faire ce qu’elle a fait : louper les cours et protester tous les vendredis devant le parlement. C’est une initiative géniale ».

Une protestation pacifiste, voilà ce qui rallie l’ensemble de ces jeunes militants. Greta Thunberg est l’initiatrice de cette « révolution verte ». Elle a prononcé son premier discours face à des dirigeants politiques lors de la dernière Conférence des Parties (COP) en décembre 2018 en Pologne. Une allocution très remarquée : la Suédoise de 16 ans a alerté sur les risques du réchauffement climatique. Ses mots ont provoqué une onde de choc médiatique, notamment sur les réseaux sociaux. La jeune fille comptabilise aujourd’hui 474 000 followers sur Twitter… contre 30 000 avant son discours à la COP 24 à Katowice.

Un mois après, Greta Thunberg crée le mouvement Fridays for Future qui réunie des centaines de milliers de jeunes. Depuis, des étudiants du monde entier protestent tous les vendredis. Avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants, la mobilisation du 15 mars dernier représente la plus grande mobilisation écologiste étudiante dans l’hexagone. Elle a rassemblé plus de 350 000 personnes, selon les organisateurs, dans 220 villes de France. « Nous devons changer à peu près tout dans nos sociétés, alerte la jeune suédoise avec gravité. Plus grande est votre audience, plus grande est votre responsabilité. » Voilà le mot d’ordre de son essai, Rejoignez-nous.

Inconnue il y a un an, elle a été nommée parmi les 100 personnes les plus influentes au monde en 2018 par le magazine américain Time.