La réaction hâtive de Mélenchon aux révélations Loiseau-Médiapart

Depuis lundi 22 avril, chacun y va de sa réaction sur le passé de Nathalie Loiseau (LREM) au sein d’une organisation étudiante d’extrême-droite. Y compris le leader de la France Insoumise.

Après les révélations du site d’information Mediapart sur le passé de Nathalie Loiseau, tête de liste de la majorité aux européennes, les réactions se multiplient. Jean-Luc Mélenchon n’a pas manqué à la règle, et s’est exprimé dans la nuit du 22 au 23 avril sur son compte Twitter : « Madame Nathalie Loiseau a le droit de changer d’avis. Plenel sait bien que ça peut arriver, lui qui a embauché le chef de la fraction armée rouge en Argentine Paolo Paranagua. » Mais le lendemain, le tweet, supprimé, disparaît des réseaux.

Pas assez rapide : Edwy Plenel, le fondateur et directeur de Mediapart directement interpellé par J.L. Mélenchon, s’est empressé de répondre : « Décidément la détestation de la presse libre et la haine du journalisme indépendant traversent tout le champ politique. » Et de dénoncer les propos calomnieux du ténor de LFI, à propos de Paolo Paranagua, ancien militant d’extrême-gauche et actuel journaliste au Monde, qui n’est pas lié aux révélations sur Nathalie Loiseau.

« Criminel repenti »

Les tirades du député des Bouches-du-Rhône à l’encontre des journalistes ne sont pas rares. L’affaire qui l’oppose à Paolo Paranagua n’est d’ailleurs pas nouvelle : déjà en 2012, il le qualifiait de « criminel repenti qui tirait sur des agents de police et des gardiens de banque » sur son blog, et à l’antenne de France Inter. Pour ces propos, il est poursuivi pour diffamation par le journaliste. Des années après, l’affaire se poursuit toujours devant la justice, dans un jeu du chat et de la souris habilement mené par J.L. Mélenchon et son avocate Raquel Garrido. Du moins jusqu’à ce tweet.

EDIT — Antoine Léaument, le comunity manager de la page Twitter de J.L. Mélenchon, a réagit à la polémique. Il affirme que c’est lui qui a écrit le tweet en question, qu’il prévoyait de publier sur son compte personnel.