Annonces de Macron : pour l’opposition un grand flou plutôt qu’un « waouh »

La conférence de presse d’Emmanuel Macron était attendue comme un acte II du quinquennat, mais ses adversaires politiques déplorent des « mesurettes » et l’absence de « nouveau cap ».

« Waouh : exprime la surprise mêlée d’admiration » (définition du Larousse). Telle était la promesse des proches du président de la République avant les annonces d’Emmanuel Macron jeudi 25 avril. Pour l’opposition, les mots du chef de l’Etat en conférence de presse ont plutôt fait « pschiit ».

Laurent Wauquiez, président de Les Républicains (LR), a qualifié sur France 2 les annonces de « petits gestes » et a déploré que beaucoup de Français ne soient « pas concernés » par les mesures édictées par Emmanuel Macron. Pour Nicolas Bay, membre du Rassemblement national (RN), le président « n’a toujours rien compris » « en annonçant des mesurettes aux contours flous. » «Du flou, c’est vrai. Je trouve que c’est surtout du léger», a tancé Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste aux élections européennes pour Debout la France. Il aurait aimé des annonces sur l’immigration, le rétablissement total de l’ISF et l’instauration d’un référendum d’initiative populaire (RIC).

A gauche, Adrien Quatennens, député France Insoumise (FI) ironisait : « On nous avait annoncé qu’après, rien ne serait comme avant […] Ce soir Emmanuel Macron nous a fait une démonstration, c’est que tout sera comme auparavant. » Pour Raphaël Glucksmann, tête de liste PS Place Publique aux Européennes, le problème réside dans l’absence de mesure sur l’environnement. «Où est la vision à la hauteur de la crise sociale et de l’apocalypse écologique? […] Tout était dit à la cinquième minute: pas de fausse route, pas de nouveau cap» a‑t-il lancé sur Twitter.