Les demandes d’apostasie en hausse dans le diocèse de Paris

Selon le vicaire Marsset, le film de François Ozon a eu un réel impact sur la motivation de certains catholiques à renier leur foi.

De plus en plus de catholiques ont recours à l’apostasie : cet acte consiste à renoncer publiquement et manifestement à sa foi. Phénomène d’ordinaire marginal, les demandes de débaptisation se sont multipliées ces derniers mois dans le diocèse de Paris, d’après un des vicaires. Il dénombre une centaine de demandes depuis quelques mois. “C’est quatre fois plus que d’habitude. Par rapport à une trentaine à l’année habituellement.”

En 2008, le journal La Croix, estimait le chiffre des renonciations à un millier par an. D’après une enquête réalisée par CheckNews, Libération évalue ce chiffre à 2 200 pour 2018.

  • Pourquoi ce pic ?

L’actualité de l’Eglise, notamment les révélations d’affaires de pédophilie, est au coeur de ces apostasies.

“Les demandes de débaptème sont dues aux scandales d’abus moraux, et physiques observés dans l’Eglise,” explique Monseigneur Marsset. “Je ne suis pas abasourdi ou étonné par ce pic, étant donné l’impact du film de François Ozon, “Grace à Dieu”, reprenant l’affaire Preynat, où une des dernières tirades est “Ca y est je suis libre je suis debaptisé”. Un film sorti fin février.

Il regrette néanmoins la simplification qui en est faite, éclipsant le travail social que réalise l’Église au quotidien au sein des communautés où elle est implantée. “Il faut mettre tout ça en perspective avec tout ce que l’on fait à l’échelle de quartiers.”

Au sujet des scandales, il admet : “C’est un cri d’alame pour nous. Il faut qu’on empêche ces actes honteux de se reproduire.” Il ajoute : “C’est un choix que l’on entend comme un reproche fait à l’Eglise, une sanction, quand on n’est pas à la hauteur de la Sainteté de notre mission.”

C’est la démarche qu’a entrepris Joséphine, 26 ans, en sortant du film de François Ozon “Grace à Dieu.”

  • Le débaptème : comment ça marche?

Le site internet ApostasiePourTous.fr propose une lettre type à adresser à son évêché de baptème pour demander à ne plus apparaître dans les registres. Il permet d’accompagner celui qui en fait la demande en l’aidant avec les formules juridiques à utiliser. “Personnes LGBT+”, “pédocriminalité”, “avortement”, “baptême systematique” : chacun peut cocher des cases selon ses motivations.

Exemple d’un des paragraphe proposé sur le site ApostasiePourTous.fr

Le prêtre reçoit ensuite la lettre, l’envoie à son évéché, qui indique sur son registre avec le sceau du diocèse : “cette personne a demandé à être débaptisée en ce jour,” signe et renvoie au prêtre concerné l’autorisation d’annoter aussi le registre de la paroisse.

Le nombre de debaptisés peut être comparé à celui des nouveaux adultes baptisés. Ils étaient 4 258 en 2018, selon la Conférence des Evêques de France).