Montagne d’or, ce projet minier qui divise les Guyanais

Emmanuel Macron a estimé ce jeudi 6 mai que le projet controversé d’extraction d’or en Guyane n’était, en l’état, « pas compatible » avec la biodiversité.

  • Qu’est ce que la Montagne d’or ?

On parle ici d’un projet de mine à ciel ouvert destiné à extraire de l’or en Guyane. Il est porté par deux entreprises : la canadienne Colombus Gold et la russe Nordgold. L’objectif est d’extraire 85 tonnes d’or sur ce gisement, soit une production d’environ 6,7 tonnes par an. Ce serait la plus grande mine d’or jamais construite en France. La compagnie minière Montagne d’Or explique dans cette vidéo promotionnelle que cette zone est exploitée depuis près de 140 ans. Elle est également touchée par l’orpaillage illégal, c’est-à-dire l’exploitation artisanale de l’or.

  • Où et quand ?

La mine est située dans le nord‐ouest de la Guyane, département et région française de l’Amérique du Sud. L’espace occupé par la mine mesure 800 hectares soit l’équivalent de 132 Stades de France. La construction de la mine est prévue entre 2019 et 2021. L’extraction de l’or doit commencer en 2022 et durer 12 ans. Une fois l’exploitation terminée, le site devrait fermer à partir de 2032.

  • Le projet est‐il dangereux pour l’écologie ?

Le projet de mine est situé au beau milieu de la forêt amazonienne. Il impliquerait donc d’accélérer la déforestation. Autre problème  avancé par les associations environnementales : l’importante consommation d’énergie et d’eau nécessaire au bon fonctionnement du projet. Au cœur des critiques se trouve également le cyanure, composé chimique hautement polluant mais obligatoire aux techniques d’extraction. Certains habitants de Guyane dénoncent des menaces pour la biodiversité. Les deux compagnies minières se sont engagées à respecter le Code de l’Environnement.

Dans cette vidéo, l’ONG environnementale WWF explique que des catastrophes naturelles sont possibles. En 2000, un des barrages d’une mine roumaine a cédé, déversant du cyanure dans les cours d’eau et ravageant la faune et la flore locale.

  • Quels sont les avantages de cette mine d’or ?

Les partisans du projet avancent que la mine d’or est une opportunité économique dans cette région où 19% de la population est au chômage. Les défenseurs du projet annoncent que 750 emplois directs seront créés et 3.000 emplois indirects. La compagnie minière Montagne d’Or attend 3 milliards d’euros de retombées pour la Guyane. Des prévisions trop optimistes selon un rapport de WWF.

  • Qui est pour et qui est contre ?

Selon un sondage IFOP pour WWF France, 69% des Guyanais étaient opposés au projet en juin 2018. Les associations écologistes comme Greenpeace ou WWF sont opposées au projet. Une pétition en ligne contre le projet recueille à ce jour pas moins de 400.000 signatures. Sur place, beaucoup de patrons d’entreprises et d’élus louent les avantages économiques de l’opération comme Léon Bertrand, le maire de Saint‐Laurent‐du‐Maroni, commune la plus proche du futur site minier et président de la communauté de communes de l’Ouest Guyanais.

Du 7 mars au 7 juillet 2018, une grande discussion a été organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP). Elle a permis de mettre en évidence « la profondeur de la fracture que [le projet] provoque au sein de la société guyanaise », indique la CNDP dans un rapport.

  • Le projet a‐t‐il un avenir ?

De ministre de l’Economie à président de la République, Emmanuel Macron a beaucoup évolué sur la question du projet de la mine d’or comme l’indique cette frise chronologique.

https://cdn.knightlab.com/libs/timeline3/latest/embed/index.html?source=1rW_UKsQgVINl1YuD5umc70ojSykmoS4jsB3mMYicegI&font=Default&lang=en&initial_zoom=2&height=650&fbclid=IwAR2_oF4e2jrDJ1qGSE2tBRI3_8-u5hDoUHZn6_jBcuLjd3sdrDdJiuRS6B4

Le ministre de l’Écologie François de Rugy se rendra sur place au mois de juin pour rencontrer les deux sociétés au cœur du projet. Une décision définitive est attendue d’ici à l’été pour savoir si le gouvernement poursuit le projet ou l’arrête.