Playlist, dessins animés, quiz… Ces initiatives pour inciter les jeunes à voter

Même Spotify a concocté une sélection musicale européenne pour lutter contre un fort taux d'abstention chez les 18-25 ans.

Deux semaines avant l’élection européenne, la société civile se mobilise. Une association de jeunes européens «Vote&vous» a lancé un outil pour aider les électeurs à identifier le parti le plus proche de leurs idées. Chaque internaute pourra répondre à une série de trente questions thématiques sur l’Europe et ses enjeux. Une expérience que l’association avait déjà lancé pour les européennes de 2014. 

Plus surprenant, même Spotify, le mastodonte du streaming musical, se met à l’heure européenne. À partir de ce jeudi 9 mai, la plateforme suédoise propose à ses utilisateurs une playlist spéciale de 28 chansons. Soit une pour chaque pays de l’UE. La chanteuse Aya Nakamura et son titre Djadja ont été choisis pour représenter la France. Le descriptif de la playlist comprend aussi un lien vers un site web de l’UE  avec des informations pratiques sur le scrutin européen.

Loin de s’arrêter là, Spotify affiche un bandeau spécial à l’ouverture de son application : « les élections européennes sont dans deux semaines. Découvrez une playlist regroupant les meilleurs artistes des quatre coins de l’Union » peut‐on y lire. La plateforme prévoit même d’envoyer un message de rappel à ses utilisateurs du 23 au 26 mai qui renverra lui aussi vers un site d’informations sur les modalités du vote.

Dès l’été dernier, le Parlement européen avait lancé une campagne d’information « Cette fois je vote » pour inciter à se déplacer aux urnes lors des élections européennes.

À voir le portrait de David Reviriego, pro‐européen et ambassadeur de la campagne “cette fois je vote”. 

Autre initiative de l’institution : le site What Europe does for me explique en détail et de façon concrète les manifestations de la politique européenne au niveau local et au quotidien.

Autre campagne, « Rock the Eurovote » compile une dizaine de dessins animés, co‐financés par l’Office franco‐allemand et l’association Européens sans frontières. Diffusés sur le web, à la télévision et au cinéma, elle a pour but de toucher un public jeune et éloigné de l’actualité politique.

Le gouvernement français s’est lui aussi investi dans une campagne de promotion pour le scrutin européen.  « Oui je vote » avait pour but d’inciter les votants à s’inscrire sur les listes électorales avant le scrutin européen du 26 mai. Sur les réseaux sociaux, le hastag #ouijevote  permet aujourd’hui aux candidats et aux pro‐européens de promouvoir l’élection.

À lire aussi :

Vers une abstention massive des jeunes aux européennes