Les Restos du coeur lancent un appel à un « plan européen de lutte contre la pauvreté »

À l’occasion de la Journée de l’Europe, l’association qui distribue 130 millions de repas par an en France s’est alarmée de l’avenir du fonds européen d’assistance aux plus démunis.

« On ne peut plus agir seuls », s’inquiète ce matin le président des Restos du coeur, Patrice Blanc après l’annonce de la fusion du fonds européen d’aide aux plus démunis et d’un fonds social plus large. Selon lui, cette réforme aurait pour effet de « diviser par deux » les aides des plus démunis. « Ce serait absolument catastrophique, rien qu’en France, une personne sur trois en situation de grande pauvreté bénéficie de ce fonds ». « Il faut un plan européen », a‐t‐il assuré à l’AFP.

À trois semaines des Européennes 

Chaque année, l’association distribue 130 millions de repas en France, et les chiffres ne baissent pas.  « La situation ne s’améliore pas pour les familles », dit Patrice Blanc avec « une hausse des enfants à la rue, dans des squats ou des situations très précaires ». 

À moins de trois semaines des élections européennes, il en appelle donc à une réponse « nationale mais aussi européenne ». Pour Eric Pliez, directeur de l’association Aurore (qui accueille et accompagne les personnes en situation de précarité), « il faut non seulement défendre ce fond mais surtout le renforcer ».