Vers une abstention massive des jeunes aux européennes 2019

Selon un sondage de l’IFOP,  seuls 23% des 18-25 ans pensent aller voter le 26 mai prochain.

C’est la plus forte prévision d’abstention observée chez les jeunes depuis les débuts, en 2012, de l’Observatoire du Comportement Électoral des Jeunes. 3 jeunes sur 4 entre 18 et 25 ans ne comptent pas voter le 26 mai prochain. Sur l’ensemble des électeurs, ce chiffre descend à 40,5 % . Un score peu surprenant : lors du dernier scrutin européen en 2014, 73 % des 18–35 ans s’étaient abstenus.

L’étude détaille en profondeur les raisons du désamour des jeunes français pour le scrutin européen. 23 % estiment que ces élections ne changeront rien dans la société. Deuxième raison, apparemment non politique  : 22% des jeunes seront en week‐end, en congé ou en déplacement lors du vote. Mais cet abstentionnisme est aussi nourri en majeure partie par le manque d’informations sur les candidats et les enjeux de cette élection européenne. L’étude montre d’ailleurs que 71% des jeunes font davantage confiance aux institutions nationales plutôt qu’à celles européennes. De même, la défiance envers la classe politique reste une des explications majeures à ce désaveu.

Parmi les jeunes électeurs convaincus de se déplacer aux urnes, plus d’une personne sur deux ne sait toujours pas pour quel candidat voter. Néanmoins, la République en marche et le Rassemblement national arrivent tous les deux en tête des intentions de vote avec 19%. En troisième position, se trouve le parti Europe écologie les verts, avec 16% des voix. L’engouement pour cette formation s’explique par l’intérêt accru des jeunes français pour la cause écologique.

À lire aussi :