«Super Jam Bros» : Nathalie Loiseau héroïne d’un jeu vidéo

Inspiré de «Super Mario Bros», le Mouvement des jeunes avec Macron (JAM) lance un jeu où la tête de liste La République en Marche (LREM) doit récupérer des étoiles du drapeau européen volées par des candidats «populistes».

«Super Jam Bros» est un nouveau jeu vidéo, mais version élections européennes. Le Mouvement des jeunes avec Macron (JAM) a lancé cette initiative pour encourager les jeunes à s’intéresser au scrutin européen, alors qu’un sondage Ifop annonçait jeudi 9 mai que plus des trois quart des 18–25 ans ne comptaient pas voter.

Inspiré de Super Mario, le célèbre personnage à la casquette rouge et à la salopette bleue, le jeu permet d’incarner Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les élections européennes. La mission consiste à récupérer les étoiles du drapeau européen en affrontant des «boss» à la fin de chaque niveau, représentés par des candidats comme Jean‐Luc Mélenchon, Marine Le Pen ou Donald Trump, considérés «populistes» par le mouvement. «Le président américain est plus connu auprès des jeunes que d’autres nationalistes étrangers comme Matteo Salvini ou Viktor Orban», explique à BFM‐TV Claire Cussemane, déléguée générale adjointe en charge de la communication des Jeunes avec Macron.

2017, l’année des jeux vidéo politiques

Un coup de communication, qui a coûté entre 5 000 et 10 000 euros d’après BFM‐TV. Ce type d’initiative avait déjà été utilisé lors de l’élection présidentielle de 2017. Fiscal Kombat avait pour vedette Jean‐Luc Mélenchon, alors candidat, qui devait dans le jeu récupérer l’argent des riches. Alexis Corbière, député la France Insoumise, n’a pas manqué de rappeler dans un tweet qu’ils avaient eu la même idée bien avant LREM.

Marine Le Pen avait elle aussi eu droit à son propre jeu lors de la campagne. Les joueurs incarnaient la candidate d’extrême-droite pour garantir son entrée à l’Elysée. Comme dans une arène du jeu Pokémon, les différents candidats à la présidentielle s’avançaient chacun leur tour pour être battus. Marine Le Pen disposait de différentes attaques comme : «patriotisme»,  «discours enflammé» ou «volonté glaçante».

Cette stratégie de communication vise à chaque fois un public bien précis:  les jeunes âgés de 18 à 25 ans. Une enquête de l’Insee en 2017 établit que le taux d’abstention chez les moins de 29 ans n’a fait qu’augmenter depuis 2007. Au second tour de la dernière présidentielle, près d’un jeune sur trois s’est abstenu de voter.