La France devient l’un des cinq pays les plus attractifs pour les investisseurs étrangers

La France intègre pour la première le top 5 du classement annuel de A.T.Kearney et prend la place de la Chine.

En 2019, la France est le cinquième pays le plus attrayant pour les investisseurs étrangers, selon le rapport annuel du cabinet A.T.Kearney, publié ce lundi. C’est la première fois que l’Hexagone se hisse aussi haut dans le classement.

Le cabinet de conseil américain justifie cette entrée dans son top 5 par « l’amélioration du climat des affaires et la récente baisse du taux d’imposition des sociétés » françaises. Cette étude reflète l’indice de confiance accordé par les investisseurs et détermine les vingt‐cinq pays les plus attractifs pour les investissements directs à l’étranger (IDE).

La confiance dans l’économie française « a fortement augmenté depuis l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 » et n’a pas été « affectée par le mouvement des gilets jaunes », souligne le cabinet de conseil, pour qui la France « reste compétitive ».

https://twitter.com/BrunoLeMaire/status/1127829051429871616

Les Etats‐Unis toujours en tête

Pour la septième année consécutive, les États‐Unis prennent la tête du classement, suivis par l’Allemagne, le Canada et le Royaume‐Uni. Les résultats des Etats‐Unis s’expliquent par leur « vaste marché domestique », leur « fiscalité compétitive » et ses « capacités technologiques », note A.T. Kearney.

La Chine en recul

En 2018, la Chine occupait la cinquième place, que lui a maintenant ravi la France. Cette année, l’économie chinoise est reléguée à la septième place, derrière le Japon. C’est son plus bas classement depuis la création de l’indice du cabinet de conseil A.T.Kearney, il y a vingt ans.

Le « ralentissement de la demande intérieure », le « recul des exportations », les « inquiétudes croissantes sur le niveau d’endettement des entreprises chinoise » et « l’impact de la guerre commerciale avec les Etats‐Unis » figurent parmi les raisons évoquées par A.T.Kearney pour comprendre la performance de l’économie chinoise.

Des investissements en hausse

Pour 77% des investisseurs interrogés par le cabinet américain, les IDE vont progresser dans les années à venir. Et selon 32% d’entre eux (contre 26% en 2016), ces investissements seront nettement plus importants pour la rentabilité et la compétitivité des entreprises. Les premiers facteurs de choix d’un pays où investir restent les taux d’impositions et la facilité de paiement de ces taxes (14% des investisseurs interrogés), les capacités technologiques et d’innovation (14%), l’environnement général de sécurité (13%) ainsi que la régulation de la transparence et l’absence de corruption (12%).