Espionnage : WhatsApp corrige une faille de sécurité

L'entreprise a reconnu ce mardi que des logiciels malveillants permettant d'espionner des utilisateurs à leur insu ont pu être installés via l'application.

Si, comme 1,5 milliard de personnes dans le monde, vous avez l’habitude d’envoyer des messages avec WhatsApp, peut‐être devriez vous effectuer la dernière mise à jour. L’entreprise, propriété de Facebook, a annoncé aujourd’hui avoir corrigé une importante brèche dans la sécurité de l’application mobile. Il était jusqu’à ce mardi possible d’installer un logiciel espion sur le téléphone d’un tiers, sans qu’il ne s’en rende compte.

La faille, dévoilée par le Financial Times, permettait à des hackers d’installer un programme informatique malveillant. Le quotidien londonien identifie un vendeur de logiciels d’espionnage, affirmant que le dispositif a été mis au point par NSO Group. Cette société israélienne très secrète est accusée d’aider des gouvernements du Moyen‐Orient au Mexique à espionner des militants et des journalistes.

La faiblesse de sécurité a été découverte début mai par WhatsApp. L’attaque informatique vise des appareils Android comme des iPhone Apple mais l’application de messagerie y a remédié en moins de dix jours.

WhatsApp encourage donc «les gens à télécharger la dernière version de notre application, et à mettre régulièrement à jour celle du système d’exploitation de leur téléphone mobile pour le protéger d’éventuels programmes destinés à (subtiliser) les données» qui y sont stockées », a déclaré un porte‐parole dans un communiqué.