Nissan : un résultat net en chute de 57%

Fragilisée par la chute de son patron, Carlos Ghosn, le groupe a présenté ce mardi ses pires bénéfices annuels depuis une décennie. La dégringolade devrait continuer cette année.

Le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, a présenté ce mardi les résultats nets de l’entreprise pour l’année 2018. Et le constat est pour le moins alarmant : une baisse de 57%. Ce sont les pires performances de la décennie pour la compagnie automobile.

Sur l’exercice 2018–2019, clos fin mars, le bénéfice net dégagé par le concessionnaire s’élève à 319 milliards de yens (2,6 milliards d’euros), loin de l’objectif de 500 milliards de yens (4,1 milliards d’euros).

Le résultat net devrait encore chuter de moitié cette année, à 170 milliards de yens (1,4 milliard d’euros), a prévenu Hiroto Saikawa. Les mois à venir s’annoncent difficiles pour l’entreprise, déjà fragilisée par les affaires judiciaires de Carlos Ghosn.

«Assainir la situation héritée du passé »

Le chef de Nissan a qualifié ces performances de « médiocres », tout en les justifiant par des « investissements antérieurs excessifs ». 

« Nous devons assainir la situation héritée du passé et nous assurer d’une croissance solide à travers de nouveaux produits », et non d’une artificielle course aux volumes, a‐t‐il souligné lors d’une conférence de presse au siège du groupe à Yokohama (banlieue de Tokyo).

Chute des ventes dans le monde

Nissan a écoulé 5,5 millions de véhicules sur l’exercice 2018–2019. Parmi ses produits phares : la citadine Leaf, totalement électrique, et les crossovers Rogue, Qashqai et X‐Trail. Mais les ventes aux Etats‐Unis, habituellement marché phare de la marque, se sont effondrées, avec une baisse de 9,3%. De même, le groupe a vendu 15% de véhicules de moins que l’année précédente en Europe. Pour ne rien arranger, aucun rebond n’est prévu en 2019/2020 dans ces deux aires géographiques.

Avec un résultat net qui devrait continuer à baisser, les actionnaires s’attendent à une réduction du dividende distribué.