Canada : photos et vidéos de blackface refont surface, Trudeau s’excuse

Une photographie de Justin Trudeau, Premier ministre canadien, maquillé en Noir lors d’une soirée déguisée de 2001 a été publiée par le magazine américain Time, à quelques semaines des élections législatives.

Ce dossier potentiellement compromettant fait surface à un mois des législatives, une semaine seulement après le lancement de sa campagne. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté ses « profondes excuses » mercredi 18 septembre, pour avoir arboré un blackface lors d’une soirée déguisée en 2001. Une autre vidéo du chef d’Etat a été publiée par le site d’information canadien Global News. On y voit le Premier ministre une nouvelle fois maquillé avec un blackface.

Cette pratique jugée raciste consiste à se grimer en Noir. « C’est quelque chose que je ne considérais pas comme raciste à l’époque, mais je reconnais aujourd’hui que c’était raciste et j’en suis profondément désolé », a réagi dans la soirée le candidat libéral lors d’une conférence de presse.

Turban sur la tête

Le magazine américain Time avait publié cette photo quelques heures plus tôt. On y voit Justin Trudeau, âgé de 29 ans, le visage maquillé et souriant, turban sur la tête, entouré de quatre femmes. La photographie est tirée d’un album de fin d’année de l’école de Vancouver ou le Premier ministre enseignait. Elle a été faite lors d’une soirée de cette école privée sur le thème des Mille et une Nuits. « Je suis déguisé avec un costume d’Aladdin et je me suis maquillé. Je n’aurais pas dû le faire », a concédé le chef du parti libéral.

La vidéo publiée par Global News ne semble pas avoir été prise le même jour que la première photo publiée par le magazine Time. Perruque et t‑shirt blanc, Justin Trudeau est montré souriant et faisant des grimaces.

Conscient de l’impact que pourrait avoir ce dossier sur son image, le candidat à l’image progressiste a martelé des excuses. Il a demandé aux Canadiens de le « pardonner ». « Je suis déçu par moi-même. Je suis furieux de l’avoir fait. Je présente mes excuses. Toute ma vie, j’ai travaillé pour créer des opportunités pour les gens, pour lutter contre le racisme et l’intolérance », a‑t-il insisté. 

Une image progressiste entachée

La diffusion de la première photographie a eu de grandes répercussions au Canada. Et notamment dans le monde politique. Le chef du parti des conservateurs Andrex Scheer y voit par exemple une nouvelle preuve selon laquelle Justin Trudeau se serait « pas digne de gouverner ce pays », dénonçant le « manque de jugement » de son adversaire.

« C’est troublant et insultant », déplore de son côté Jagmeet Singh, chef du nouveau parti démocratique. « Il y a le Justin Trudeau public ; honnêtement, il est très sympathique, chaleureux. Mais, en coulisse, on dirait qu’il y a un différent Justin Trudeau. » Ses adversaires parlent d’une personnalité autre que l’image d’ouverture et progressiste cultivée par le Premier ministre. Comme un autre déguisement.