Combat contre Booba : Kaaris renonce à “l’octogone”

Le "combat du siècle" entre les deux rappeurs ne devrait pas avoir lieu. Alors que l'affrontement agite les réseaux sociaux depuis plus de six mois, Kaaris dénonce une "mascarade".

Comme dans ses punchlines, Kaaris ne fait pas dans le détail. Le rappeur originaire de Sevran (Seine-Saint-Denis) annonce ce jeudi 19 septembre que le combat qui devait l’opposer à son homologue des Hauts-de-Seine Booba “n’aura jamais lieu”, dans un entretien à l’Equipe. Mais la réponse rapide de Booba entretient le flou quant à l’avenir de cet événement attendu par des milliers de fans.

Mercredi encore, ce dernier postait sur Instagram la photo d’un flyer annonçant la tenue du fameux combat le 30 novembre, en Suisse à Bâle, uniquement sur invitation. L’octogone public avait une première fois été retoqué par l’état helvète, craignant des débordements. “Les autorités suisses ont dit qu’elles étaient opposées à la tenue de ce combat. Ça s’arrête là. Je préfère me retirer de leur histoire car ça me fatigue”, confie Kaaris.

“J’ai proposé la solution d’un combat en Tunisie mais Booba a refusé”

Ce combat devait être une sorte de second round, après le premier affrontement des deux hommes dans l’aéroport d’Orly ouest, lors de l’été 2018. Ce qui avait valu aux deux rappeurs une condamnation en justice.

Pas émoustillé par son passage au tribunal, Booba a renchéri peu de temps après sur les réseaux sociaux, provoquant son ancien protégé en lui proposant un “octogone sans règle”. En clair, un combat de MMA, une discipline d’art-martiaux violente et interdite en France.

Les deux adversaires n’ont jamais trouvé d’accord depuis. “J’ai surtout proposé la solution d’un combat en Tunisie mais Booba a refusé prétextant qu’il voulait un endroit où ses fans pourraient venir le supporter”, accuse Kaaris.

Booba a ensuite proposé que le combat se tienne en Suisse. “Cette histoire a généré beaucoup d’excitation chez les gens. Mais aucun pays en Europe ne veut de cet événement. Maintenant, l’organisateur trouvé par Booba, la société SHC, nous parle d’un endroit secret, dévoilé à la dernière minute. On nous dit aussi aujourd’hui que les gens ne pourront venir que sur invitation. Moi, je n’ai pas signé pour ça ! Tout ça manque de sérieux”, tance le rappeur de Sevran.

Booba répond à Kaaris

Reconnaissant qu’il “est entré dans le jeu de Booba”, Kaaris semble désormais vouloir tourner la page et poursuivre dans la musique. “Son but initial, c’est d’arrêter ma carrière, accuse-t-il. C’est un de ses principaux buts dans la vie. Il fait une vraie fixette sur moi. Il parle tout le temps de moi, ça devient malsain son histoire. ”

De son côté Booba a fait savoir sur Instagram, après l’interview de Kaaris, qu’il ne comptait pas annuler le combat. “Rendez-vous le 30 novembre, c’est plus toi qui décide. On a les autorisations”, assure le rappeur de Boulogne en s’adressant à Kaaris par vidéo. À défaut de ring, la série de punchs numériques se poursuit.