Elections municipales : Villani va tirer au sort certains de ses candidats

Il s’attend à recevoir quelques centaines de candidatures. Cédric Villani a annoncé ce matin son intention de tirer au sort une partie de ses candidats en vue des élections municipales qui auront lieu au mois de mars 2020. Trente à 50 Parisiens volontaires, désignés au hasard, pourront figurer sur les listes du dissident de La République en Marche. Une proposition qui s’inscrit pleinement dans la ligne de conduite du candidat, en rupture avec les mécanismes politiques traditionnels et qui fait de la neutralité un point d’orgue de sa campagne.

Depuis l’annonce officielle de sa candidature, le potentiel édile multiplie les mesures en faveur d’une démocratie participative, un terrain dont l’actuelle maire de Paris, Anne Hidalgo, avait jusqu’alors le monopole et que son concurrent compte bien s’approprier. Le processus d’inscription pour inciter les Parisiens qui souhaitent postuler auprès de l’équipe du mathématicien, ouvrira en octobre et novembre prochains.

C’est au mois de décembre que le tirage au sort permettant de les sélectionner aura lieu. Au bout du compte, la part de volontaires retenus devrait représenter 6 à 10 % des 527 candidats requis pour la Mairie centrale et les mairies d’arrondissement. De façon à valoriser la société civile dont il est issu et de s’approcher d’un fonctionnement politique “ transparent et honnête ”, les listes établies dans chaque arrondissement seront soumises à “ un vote de confiance ” des militants, réunis dans des “ comités d’arrondissements ” en cours de création, assure le député.

Du côté de son principal concurrent, les réactions face à cette décision ne se sont pas fait attendre. “ Pour choisir entre le tirage au sort et le mérite, à l’université ou sur des listes municipales, je n’ai jamais hésité ! ” a tweeté de façon ironique Pacôme Rupin, directeur de campagne de Benjamin Griveaux. Il reste fort à parier que l’escalade de tensions entre les deux candidats est loin d’être terminée et que cette proposition n’est que la première d’une longue liste, visant une nouvelle fois, à inclure davantage les citoyens dans le dispositif politique.

Irène Ahmadi