L’OCDE sabre ses prévisions de croissance mondiale

L'OCDE sabre ses prévisions de croissance 2019/2020 pour l'économie mondiale.

La guerre commerciale, le Brexit et l’endettement dessinent des lendemains moroses pour l’économie mondiale. Dans ses prévisions de croissance actualisées, ce jeudi, l’Organisation pour la Coopération et le développement économiques (OCDE) prévoit, pour cette année, le taux de croissance le plus faible depuis la crise financière de 2008/2009.

Selon les estimations de l’institution, l’économie mondiale devrait passer cette année sous la barre des 3% pour chuter à 2,9%, soit 0,3 point de moins que lors des dernières prévisions de mai. Elle devrait rester pratiquement stable à 3% en 2020 (-0,4 point par rapport à la projection de mai).

Les“risques continuent de s’accumuler”

Dans son communiqué l’institution basée à Paris souligne “un contexte international fragile et incertain” et prévient que “les risques continuent de s’accumuler”. Ainsi les prochaines prévisions pourraient, elles aussi, être à la baisse.

Il faut dire que les nuages continuent de s’accumuler sur l’ensemble des principales économies mondiales, notamment pour la zone euro, affectée par les incertitudes du Brexit, et pour les grands pays émergents qui subissent le ralentissement de la Chine avec une chute de leurs exportations de matières premières.

Sur le vieux continent, l’Allemagne, première économie européenne, a subi la révision à la baisse les plus sévères, avec une croissance attendue à 0,5% cette année, en baisse de 0,2% par rapport aux dernières prévisions. De son coté, la France devrait faire mieux que son principal partenaire de la zone euro avec une croissance de 1,3% en 2019 et une prévision ajustée de 1,2% en 2020 (-0,1 point). L’économie britannique ne devrait croître qu’au rythme de 1% en 2019 ( à ‑0,2 point par rapport à la dernière prévision).

Même les Etats-Unis, qui connaissent pourtant l’un des cycles de croissance les plus longs de leur histoire, devraient voir leur croissance ralentir à 2,4% cette année. Son rival dans la guerre commerciale, la Chine, est attendu par l’OCDE à 6,1% cette année (-0,1 point par rapport à la prévision de mai). Elle devrait encore voir sa croissance reculer et passer sous la barre symbolique des 6% l’an prochain à 5,7%. Un ralentissement qui participe à la sinistrose économique mondiale.