Femmes menacées à Saint‐Denis : les médias en cause?

Depuis qu’elles ont témoigné dans les médias, des femmes sont menacées par les trafiquants de drogue de leur quartier, en Seine-Saint-Denis. 

Insultes, pneus crevés, sonneries intempestives… Menacées par des dealers, plusieurs mères de familles demandent à être relogées, révèle France Bleu Paris ce mardi matin. Si ces femmes se sentent en danger, c’est parce qu’elles ont été largement médiatisées début septembre, à l’occasion d’une opération de « chaîne‐humaine » devant l’école Victor Hugo (Seine‐Saint‐Denis). Elles alertaient alors sur le trafic de drogue qui sévit devant l’établissement scolaire et en bas de leurs immeubles, dans le quartier Delaunay‐Belleville‐Sémard à Saint‐Denis. Les journalistes qui les ont interrogées ont‐ils une responsabilité?

Dorine Goth, journaliste à Actu Seine‐Saint‐Denis les a justement rencontrées, le 2 septembre dernier.  « Dès mon arrivée sur le terrain, j’ai demandé si les personnes présentes souhaitaient être citées ou anonymisées, en leur expliquant que je pouvais recourir à un prête‐nom. Pour les photos, j’ai pris les gens de dos », informe‐t‐elle.

« On aurait pu être plus prudents »

Des parents d’élèves ont crée une “chaine humaine” pour dénoncer le trafic de drogue qui se déroule dans le quartier Delaunay‐Belleville‐Sémard, à Saint‐Denis (Seine‐Saint‐Denis)

La journaliste l’affirme : elle n’a fait qu’accéder à leur demande de publicité. « Ces femmes ont une page Facebook dédiée, elles perpétuent le rituel de la chaine humaine tous les matins devant l’école de leurs enfants. Même sans médiatisation, les dealers les connaissent », assure‐t‐elle. Mais ces parents d’élèves étaient‐ils réellement conscients des risques ? « Avec le recul, précise‐t‐elle, nous [les journalistes] aurions pu être plus prudents, car nous avons peut‐être plus conscience qu’eux de l’emballement médiatique sur ces sujets ». 

C’est ce qu’a expérimenté à ses dépends Célia Mebroukine, co‐auteure du livre Inchallah, supervisé par les journalistes d’investigation Gérard Davet et Fabrice Lhomme sur « l’islamisation » de la Seine‐Saint‐Denis.

Inch’Allah, un ouvrage sur l’islamisation de la Seine‐Saint‐Denis, écrit par cinq étudiants du Centre de formation des journalistes et supervisé par les journalistes d’investigation Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

À la réception du livre, une directrice d’école s’est désolidarisée des propos qui lui sont attribués. Seulement, « ce n’était pas par peur des représailles mais parce qu’elle n’assumait plus ce qu’elle nous avait confié alors que nous l’avions enregistrée, nuance‐t‐elle. On s’est interrogé sur le cas d’un homme, si on devait taire son nom ou pas. On lui en a parlé en amont et expliqué qu’il apparaitrait dans le livre et des risques potentiels qu’il risquait. La pédagogie, c’est de l’honnêteté intellectuelle. »