Brexit : entre succès, défaite et incertitude, la presse britannique se divise

Alors que Boris Johnson a successivement remporté une victoire, puis essuyé un revers mardi 22 octobre au Parlement, la presse britannique ne sait pas sur quel pied danser. Les journaux critiquent aussi bien la tentative de passage en force d’un Premier ministre trop pressé que l’attitude des parlementaires qui soufflent le chaud et le froid. 

« Oui, mais non, mais… » La une du tabloïd The Sun résume plutôt bien la folle soirée qu’ont vécue mardi 22 octobre Boris Johnson et les députés britanniques. L’accord sur le Brexit ramené de Bruxelles par Boris Johnson jeudi dernier est passé sur le grill du Parlement, qui devait se prononcer sur deux votes. Le premier, afin d’apporter un soutien initial au texte qui traduit dans la loi britannique l’accord de retrait; l’autre sur le calendrier de son examen.

La soirée avait plutôt bien commencé pour le dirigeant conservateur. Pour la première fois depuis le référendum de juin 2016, une majorité de députés se sont prononcés favorables à un accord de sortie. Une victoire indéniable pour Boris Johnson, dont l’accord est passé avec trente voix d’avance (329 approbations, 299 refus). « Il est bienvenu, heureux même que, pour la première fois dans cette longue saga, cette Chambre ait pris ses responsabilités, se soit rassemblée et ait adopté un accord », s’est réjoui le Premier ministre. Mais la jubilation a tourné court. Quelques minutes plus tard, la Chambre des Communes s’est prononcée contre le calendrier d’examen de la loi proposé par le dirigeant. Les députés n’auraient disposé que de deux jours pour traiter 110 pages. Le chef du gouvernement a alors décrété une « pause » dans ce processus de ratification. Mardi la presse britannique se montrait divisée et perplexe face à ces nouveaux rebondissements.

The Guardian : 

Le Parlement freine la course de Johnson pour le Brexit

  • Les députés soutiennent le projet de retrait mais rejettent la tentative de procédure législative accélérée
  • Le Premier ministre annonce une “pause” mais promet que le Royaume-Uni quittera bien l’Union européenne avec cet accord
  • Bruxelles offre trois mois de délai supplémentaires et sollicite de la clarté sur les “prochaines étapes”

Dans la course effrénée vers le Brexit de Boris Johnson, qui avait déclaré préférer « être mort au fond d’un fossé » plutôt que de demander un report, le Parlement a « appuyé sur les freins », titre The Guardian. Le journal souligne que la menace du Premier ministre énoncée la veille de retirer l’accord du Parlement si les députés refusaient un calendrier accéléré d’adoption du texte n’a pas eu l’effet escompté. Pas d’explosion de joie, ni de crise de larmes du côté du journal, qui parle tout de même d’une « défaite humiliante pour le gouvernement » et qui regarde du côté de l’Union européenne, qui doit rendre un avis sur la requête envoyée avec réticence par Boris Johnson ce week-end pour demander une prolongation du délai. 

The Independent :

Tout ce que vous devez savoir sur l’accord au centre de la crise

La fin d’un Brexit périlleux

  • Le Premier ministre “suspend” le projet de loi après que les députés aient voté contre l’adoption de l’accord en 3 jours
  • Le Royaume-Uni attend désormais la décision de l’Union européenne sur la longueur du délai supplémentaire accordé

Du côté de The Independent, l’un des rares journaux à ne pas illustrer sa une avec une photo du Premier ministre, on évoque également un freinage. Le journal choisit un angle plus pédagogique sur le projet de loi, en restant dans l’expectative. Pour le quotidien, Boris Johnson a « souffert une nouvelle défaite ravageuse devant la Chambre des Communes », sa « victoire » — sur l’obtention d’une majorité favorable à son accord — ayant été transformée en « défaite en l’espace de 15 dramatiques minutes ». Pour The Independant, le délai de 3 jours proposé par Boris Johnson était trop court. 

Daily Mail :

Comptez sur eux pour transformer un triomphe en désastre !

  • Énorme élan alors que Boris gagne un vote historique
  • mais les députés torpillent l’échéance ultime d’Halloween
  • nous sommes maintenant à la merci de l’Europe pour une extension de délai

Le pro-conservateur Daily Mail fait preuve de plus d’enthousiasme. D’un côté, il se félicite du vote d’un accord « pas parfait mais pragmatique », obtenu par Boris Johnson grâce à une « combinaison de pouvoir de persuasion, de menace et de cajoleries ». Mais « la bonne nouvelle s’arrête malheureusement ici » pour le journal, qui parle d’une « journée tête-bêche à Westminster ». Le tabloïd tire à boulets-rouges sur les députés ayant voté contre le calendrier, qui « torpillent » l’échéance du 31 octobre, et qui font désormais dépendre la suite des événements d’une décision de Bruxelles. 

The Daily Telegraph :

“Le Brexit est au purgatoire”

  • Les députés s’opposent à la date butoir de Johnson
  • La Chambre des Communes soutient l’accord pour la première fois 
  • … mais le Premier ministre suspend le projet de loi après avoir perdu le vote sur le calendrier


Même tonalité du côté du Daily Telegraph, pour qui le Brexit se trouve, après une journée «
hautement mélodramatique » au   « purgatoire ». Le journal reprend sur sa une le terme utilisé par le leader de la Chambre des communes Jacob Rees-Mogg. Le député conservateur, membre du gouvernement Johnson, s’est demandé en plaisantant si, dans le cas où le projet de loi ne se trouvait ni « au paradis après avoir été adopté », ni « en enfer après avoir échoué », il ne se trouvait pas « au purgatoire, souffrant des douleurs de ceux qui sont au purgatoire». Dans le viseur du journal pro-conservateur, les députés qui ont voté contre le calendrier et qui, « malgré avoir passé plus de trois ans à étudier le Brexit », veulent « plus de temps pour “étudier les notes de bas de pages »

Financial Times :

Johnson remporte un vote emblématique sur le Brexit mais échoue sur la date de son entrée en vigueur

  • L’accord du Premier ministre obtient une majorité avec 30 voix d’avance
  • Les députés rejettent le calendrier
  • Le processus devrait se poursuivre après le 31 octobre

 

Les journaux pro-conservateurs ne sont pas les seuls à utiliser un vocabulaire triomphal pour Boris Johnson. Le quotidien économique Financial Times évoque un « vote emblématique » remporté par Boris Johnson, soulignant qu’il a « réussi là où sa prédécesseure Theresa May a échoué trois fois ». Les députés britanniques avaient effectivement rejeté systématiquement les accords présentés par l’ex-Première ministre. Ce premier vote en faveur d’un accord est rendu possible selon le journal grâce à une « coalition pro-accord branlante » composée de députés de différents bords : des travaillistes pro-leave, des eurosceptiques conservateurs et des indépendants. 

The National (Écosse) :

C’est encore une défaite sur le Brexit pour Johnson

  • Le Premier ministre malchanceux perd À NOUVEAU alors que les députés votent pour l’empêcher de traiter à toute vitesse le projet de retrait
  • Mais l’accord de Boris est soutenu pour la première fois — avec l’aide de 19 députés du LABOUR
  • L’accord est maintenant laissé dans les limbes… alors que l’Union européenne doit décider quel type de prolongation offrir au Royaume-Uni

Aucune trace de réjouissance du côté de The National, journal écossais indépendantiste, qui crie à la « défaite » pour Boris Johnson, en ne se privant pas d’insister sur l’aspect répétitif de l’échec. Et quand il s’attaque aux députés, c’est pour pointer du doigt les 19 « rebelles » du parti travailliste qui ont « aidé le projet de loi à basculer » du côté du soutien, en référence aux 19 députés du Labour, parti dont la ligne est pro-remain, qui ont voté pour l’accord. The National rejoint toutefois ses concurrents sur un point : sortir de l’Union européenne le 31 octobre sera     « quasi impossible ».

Cléa Jouanneau