Emmanuel Macron appelle les musulmans à combattre le communautarisme

Le président Emmanuel Macron a appelé les représentants du culte musulman à «combattre, aux côtés de l’État, le communautarisme et l’islamisme» lors d’une rencontre à l’Élysée le 28 octobre. 

Le président de la République a reçu les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM) lundi. Il les a appelés à lutter contre une «ambiguïté» qui contribuerait à nourrir l’amalgame entre islam et terrorisme, a indiqué à l’AFP le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. 

«Il faut que le CFCM ait une parole forte sur la place du voile, les femmes, l’école, a indiqué le chef d’État pendant l’entrevue. Il faut un discours clair pour ne pas laisser perdurer l’ambiguïté dont s’alimentent les radicaux». Cette déclaration fait écho à la récente polémique sur le port du voile lancée par un élu du Rassemblement national en Bourgogne-Franche-Comté.

Sur les ondes de RTL, lundi, Emmanuel Macron a aussi déclaré qu’il ne voulait pas «céder à la précipitation» sur ce sujet inflammable pour ne pas contribuer à la confusion collective entre terrorisme et islam.  

Il s’inquiète tout de même d’une montée du communautarisme en France qui  serait néfaste pour le bon fonctionnement de la société. Selon Christophe Castaner, le «problème, c’est quand l’islam cesse d’être une religion pour devenir une idéologie, quand certains se mettent à promouvoir un islam dévoyé qui est un faux-nez d’une propagande politique anti-républicaine». 

Le Conseil français du culte musulman promet «des annonces très fortes»

Suite à la rencontre, le CFCM a déclaré qu’il passerait à l’action dès mardi et a promis des «annonces très fortes» après d’une réunion exceptionnelle de son conseil.

Le président «nous a fait passer le message qu’il comptait sur le CFCM pour prendre des initiatives fortes concernant la question de la prévention de la radicalisation, la question de la place du voile dans la religion musulmane, la question de la place des femmes», a déclaré le vice-président de l’instance, Anouar Kbibech, à l’issue de la réunion de lundi. 

Près de 2 000 personnes se sont rassemblées à Paris le dimanche 27 octobre pour manifester contre l’islamophobie en France.

Léa Martin