Marc Dutroux va subir une expertise psychiatrique

23 ans après son placement en détention, la justice belge vient de décider d’une nouvelle analyse psychiatrique de Marc Dutroux. Une première étape vers une éventuelle libération.

À 62 ans, Marc Dutroux va-t-il sortir de l’ombre ? Ses avocats réclament une expertise psychiatrique pour examiner sa dangerosité et ses risques de récidive. Ce pourrait être la première étape d’un processus menant à une libération conditionnelle de l’ancien tueur en série. Le Tribunal d’application des peines de Bruxelles (TAP) a accepté cette demande ce lundi 28 octobre. Un collège d’experts psychiatres doit remettre son rapport le 11 mai 2020 au plus tard selon les juges. La libération conditionnelle de celui qui avait été surnommé « monstre de Charleroi » ne pourrait pas intervenir, dans tous les cas, avant 2021, soit au terme vingt-ans d’incarcération.

Condamné à la réclusion à perpétuité en 2004, il est incarcéré depuis vingt-trois ans pour l’enlèvement, le viol et le meurtre de quatre jeunes filles, ainsi que l’enlèvement et le viol de deux autres. L’affaire s’est déroulée entre 1995 et 1996, et avait connu un retentissement mondial. Le 20 octobre encore, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Bruxelles contre une possible libération de Marc Dutroux.

La dernière expertise sur la santé mentale de Marc Dutroux remonte à 2013 et s’était soldée par un refus. La justice avait estimé qu’il n’était pas encore prêt à se réinsérer. En Belgique, il est très difficile d’obtenir une libération anticipée pour les condamnés à plus de trente ans de prison. Les cinq juges du TAP doivent se prononcer à l’unanimité et leur décision n’est pas susceptible d’appel.

Par Emilie Spertino, édité par Thomas Guichard