Djokovic‐Nadal: un trône pour deux

Au Masters 1000 de Paris‐Bercy, les deux premiers mondiaux reprennent leur lutte pour remporter la place de numéro un.

Djokovic en sursis, Nadal en embuscade. A l’entame du Masters 1000 de Paris‐Bercy, qui a débuté lundi 28 octobre, l’actuel numéro un mondial Novak Djokovic sait qu’il doit faire un sans‐faute avant le dernier tournoi de la saison, à Londres, du 11 au 17 novembre.

Quoi qu’il arrive, le Serbe cédera à Rafael Nadal la tête du classement ATP, à l’issue de la semaine parisienne. Djokovic perdra, à ce moment‐là, les points récoltés en Angleterre il y a un an, lorsque l’Espagnol, blessé, était absent.

Novak Djokovic se doit donc de glaner le maximum de points à Paris et à Londres, pour espérer rester sur son trône. Mathématiquement, c’est clairement «Rafa» qui est en position de force pour finir 2019 au sommet du tennis mondial, pour la cinquième fois de sa carrière.

Au classement établi sur l’année civile, l’Espagnol compte 1280 points d’avance sur le Serbe. Remporter un titre cette semaine, là où il ne s’est encore jamais imposé, lui assurerait de terminer l’année avec le dossard de n°1. «Bien sûr, j’adorerais finir l’année n°1 mondial, appuie Rafael Nadal. Mais je l’ai déjà dit, mon objectif désormais, ce n’est pas d’être le n°1, mais d’organiser mon calendrier pour durer le plus longtemps possible. Si je suis n°1 à la fin de la saison, super, mais je ne ferai pas des trucs en plus pour l’être.»

Le roi de Roland Garros n’est plus apparu en compétition depuis son titre à l’US Open début septembre. C’était son 19e Grand Chelem. Il a connu une énième alerte à la main gauche lors de la Laver Cup, fin septembre. «J’ai dû m’arrêter quelque temps mais je me sens mieux, c’est pour ça que je suis là», a‐t‐il brièvement tempéré dimanche dernier.

En attendant, les deux rois de 2019 se sont entraînés ensemble pendant deux heures samedi 26 octobre, comme si de rien n’était.

Samuel Hamon