Facebook démantèle une opération de désinformation russe en Afrique

Le géant de la Silicon Valley a supprimé plusieurs dizaines de comptes suspects. Ils auraient été les relais d’une campagne de désinformation menée par la Russie en Afrique.

Facebook a démantelé trois réseaux d’utilisateurs basés en Russie mercredi 30 octobre. Les comptes concernés, présents sur Facebook et Instagram, sont soupçonnés d’être à l’origine de plusieurs campagnes de manipulation d’opinion en Afrique.

Les comptes mis en cause seraient liés à un proche de Vladimir Poutine, Evgueni Prighozine. Ce dernier est inculpé aux Etats‐Unis pour avoir piloté, depuis Saint‐Pétersbourg, des campagnes pro‐Trump et anti‐Clinton sur les réseaux sociaux lors de l’élection américaine de 2016.

La République démocratique du Congo, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, Madagascar, la Libye, le Mozambique et le Soudan auraient été visés par cette campagne d’influence.

Des centaines de milliers d’abonnées

Les pages suspectes étaient suivies par près de 475 000 abonnés. Les organisateurs de la campagne de désinformation auraient dépensé 77 000 dollars pour gagner en visibilité sur les réseaux sociaux.

Les contenus suspects traitaient de politique locale et internationale. Parmi les thèmes récurrents, on retrouve la politique d’investissement russe en Afrique et une critique des actions françaises et américaines sur le continent.

Au total, ce sont 35 comptes et 53 pages Facebook qui ont été supprimés, ainsi que sept groupes et cinq comptes Instagram. Selon le quotidien Jeune Afrique, l’opération de démantèlement a été menée suite à un travail conjoint des équipes de Facebook et de chercheurs de l’université de Stanford, aux Etats‐Unis.