Corentin Moutet, avec les compliments du maître

Eliminé mercredi 30 octobre par Novak Djokovic (7–6, 6–4) au deuxième tour du Masters 1000 de Paris, le jeune Corentin Moutet a offert une belle résistance pour son premier match face à un n°1 mondial.

C’est un «lucky loser» très chanceux. Éliminé lors des qualifications du Masters 1000 de Paris, le jeune Français Corentin Moutet, 20 ans, n’avait atteint le tableau principal que grâce au forfait de son compatriote Richard Gasquet. Une aubaine qui, après sa victoire sur Dusan Lajovic, lui a offert un duel contre le n°1 mondial, Novak Djokovic. Le rêve n’a duré qu’un temps, puisque le Francilien a été victime de l’expérience du Serbe (7–6, 6–4). Le 97e mondial a tout de même résisté plus d’un set, et a étonné le public de Bercy. Il n’était venu qu’une fois dans la salle de 14.000 places… pour voir jouer Lucas Pouille, en 2014.

Révélé au public français en parvenant jusqu’au 3e tour à Roland Garros,Corentin Moutet était à deux doigts de créer la sensation en menant 5–3 au premier set, deux balles de set sur le service de Djokovic. En se précipitant au filet, il a offert une bouffée d’oxygène au Serbe, qui s’est envolé dans la deuxième manche. Supérieur, il creusait l’écart à 4–1. La résistance de Moutet a duré encore deux jeux. Le Français est revenu à 4–3 dans le deuxième set, mais sans jamais reprendre le dessus. Un dernier break a permis à Djokovic, malade, de ne pas perdre plus d’énergie.

« Je n’ai pas grand‐chose à me reprocher »

«J’ai pris un gros plaisir avec tout le public qui me poussait, mais c’est la défaite qui domine, a soufflé Moutet après la rencontre. Je n’ai pas grand chose à me reprocher. J’ai mis tout mon coeur, et j’ai même réussi à l’embêter au premier set, ce qui prouve que mes schémas de jeu étaient bien pensés. Je sais maintenant ce que c’est de jouer contre un joueur de ce niveau ». Corentin Moutet peut maintenant se consacrer à trouver un nouvel entraîneur, après s’être fait congédier il y a quelques semaines par Emmanuel Planque.

«Même si je n’étais pas à 100% parce que je suis malade, il m’a fait forte impression, a souligné de son côté Novak Djokovic. Il n’avait pas grand chose à perdre devant son public, et a donné le meilleur de lui même. C’est un garçon très talentueux. Surtout, il a gagné le meilleur point du match !». Le Serbe fait référence au lob, de dos, réussi par Corentin Moutet, en faisant passer la balle entre ses jambes. Il lui a promis un «grand futur».

Samuel Hamon