Le casse‐tête du tirage de l’Euro 2020

Désignation des têtes de série, formation des groupes, barrages de la Ligue des nations : le tirage au sort de la phase finale de l’Euro 2020, qui a lieu demain à Bucarest (18 heures), n’a jamais été aussi complexe. Décryptage.

Et si le grand absent du tirage au sort* de l’Euro 2020 était le hasard ? Soixante ans après sa première édition, la compétition (12 juin‐12 juillet) sera répartie pour la première fois entre douze villes européennes. Une nouvelle formule, imaginée par l’ancien président de l’UEFA Michel Platini, qui bouleverse totalement la répartition des 24 qualifiés. Et ne protège pas l’équipe de France…

Une hiérarchie chamboulée

La France, pourtant championne du monde et finaliste du dernier Euro, n’est pas tête de série. Premiers de leur groupe de qualification, les Bleus n’ont pas remporté assez de points pour figurer parmi les six meilleures nations du tournoi. Ils se retrouvent dans le chapeau 2, la faute à leur double confrontation contre la Turquie lors des éliminatoires (une défaite, un nul). L’Italie et l’Ukraine, absentes du dernier Mondial, en font, elles, partie au même titre que la Belgique, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Espagne. Vainqueur de l’Euro 2018, le Portugal de Cristiano Ronaldo se retrouve, lui, dans le chapeau 3.

Les sélections hôtes favorisées

Sur les 24 qualifiés, les pays hôtes ont la garantie de jouer au moins deux matchs à domicile pendant la phase de poules. Ils se retrouvent automatiquement dans la poule de leur ville organisatrice. Les douze métropoles ont été dispatchées deux par deux dans chacun des six groupes, suivant des critères sportifs et géographiques : Rome et Bakou (groupe A), Saint‐ Pétersbourg et Copenhague (groupe B), Amsterdam et Bucarest (groupe C), Londres et Glasgow (groupe D), Bilbao et Dublin (groupe E), Munich et Budapest (groupe F).

L’intervention de la diplomatie

La géopolitique s’est invitée dans le tirage au sort. Et l’a complexifié. Pour des raisons liées au conflit en Crimée, la Russie ne peut pas se retrouver avec l’Ukraine (groupe C). Elle est d’ores et déjà placée dans le groupe B avec le Danemark et la Belgique, première au classement FIFA. Si cet effet domino évite à l’équipe de France d’affronter les Diables Rouges, elle retrouvera forcément un adversaire de gros calibre : l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne ou l’Allemagne. Dans le pire des cas, les coéquipiers d’Antoine Griezmann pourraient aussi se retrouver avec le Portugal, mastodonte du chapeau 3, et le Pays de Galles du Madrilène Gareth Bale (chapeau 4).

Encore quatre places à prendre !

Dans le dernier chapeau, quatre nations ne sont pas encore connues. Il faudra attendre l’issue des barrages de la Ligue des nations — une sorte de repêchage qui opposera seize sélections — les 26 et 31 mars prochains. Parmi elles, figurent quatre pays hôtes (Roumanie, Irlande, Hongrie, Écosse). En cas de qualification, la Roumanie devra par exemple jouer dans la poule de sa ville hôte, Bucarest. L’UEFA pourrait donc être forcée de modifier à la marge la composition de certaines poules. Quatre mois après le tirage au sort…

*Le tirage au sort est retransmis en direct sur TMC et W9.