La pollution de l’air menace les Européens

La pollution de l'air entraîne la mort prématurée de près de 500 000 personnes par an sur le continent. Si la quantité d'émissions polluantes diminue sur le territoire, des inégalités persistent entre la France et ses voisins. 

 

Chaque année, un Européen perd presque quatre jours de vie à cause de la pollution de l’air, d’après les chiffres de l’Agence européenne de l’environnement. Dans son dernier rapport, elle calcule le “nombre d’années de vie perdues” et les morts prématurées attribuées à la trop forte de présence de particules fines, d’ozone et de dioxyde d’azote dans l’atmosphère. Ainsi, les 538 millions d’habitants du continent perdent au total près de 5 millions d’années de vie. 

Plus alarmant encore, environ 500 000 Européens sont morts prématurément à cause de la pollution de l’air en 2016. C’est en Italie que cette pollution a engendré le plus de décès (76 200), tandis que la France est cinquième, avec 42 100 morts.

https://app.flourish.studio/visualisation/1348253/

La pollution de l’air a des effets directs sur la santé, selon le temps d’exposition à celle-ci. A court terme, elle peut provoquer des irritations oculaires et respiratoires, des crises d’asthme et des troubles cardio-vasculaires. Les particules fines ont aussi un impact sur la mortalité et la morbidité cardio-respiratoire, avec un développement des cancers, des pathologies cardiovasculaires et respiratoires et des troubles neurologiques. Elles affecteraient également la reproduction, la santé des enfants et des personnes âgées.

Les Balkans suffoquent

En Europe, tous les habitants ne profitent pas de la même qualité de l’air. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit des seuils pour chaque polluant qui, une fois dépassés, deviennent dangereux pour l’homme. Il existe deux types de particules fines classées en fonction de leur taille : les PM 10μm et les PM 2,5μm. La limite annuelle est fixée à 10 μg/m3 pour les PM 2,5 et 20 μg/m3 pour les PM 10. Un seuil dépassé dans l’ensemble des pays européens mais qui ne menace pas l’ensemble de la population. 

Selon les régions, la concentration de particules fines diffère. Les pays nordiques (Norvège, Suède, Islande et Finlande) sont les champions en termes de pureté de l’air. La totalité de leur population jouit d’une qualité optimale. En France, seuls 5% des habitants respirent un air très pollué alors qu’en Macédoine 95% de la population y est confrontée. En plus d’un trafic routier important, le chauffage au poêle à charbon et à bois, très utilisé dans le pays, est montré du doigt. 

http://www.sciencespo.fr/cartographie/khartis/app/graph/1e0dbt9r71

http://www.sciencespo.fr/cartographie/khartis/app/graph/1e0dcgdcj1?currentTab=export

http://www.sciencespo.fr/cartographie/khartis/app/graph/1e0dgdbm91

Les grands pollueurs 

Les pays de l’Union européenne produisent ensemble plusieurs milliards de tonnes d’émissions polluantes. Dans une telle quantité, celles qui ont le plus d’impact sur l’être humain sont les particules fines (PM2,5 et PM10), l’ozone (O3) et le dioxyde d’azote (NO2). Les PM10 sont principalement issues de l’industrie et de la construction; les PM2,5 sont en majorité émises par les véhicules, notamment les moteurs diesel. L’ozone se crée lors d’une réaction chimique entre plusieurs composés polluants fabriqués par les usines et le trafic routier et accentuée avec le soleil. Enfin, le dioxyde d’azote provient de la combustion des moteurs automobiles, du chauffage et de la production d’électricité.

https://public.flourish.studio/visualisation/1349230/

 

Les principaux secteurs responsables de ces émissions polluantes sont ceux de l’industrie, du transport et de l’agriculture. C’est par exemple la combustion des appareils de chauffage à bois et au charbon, les voitures diesel ou encore l’élevage qui en sont à l’origine. 

Depuis 2009, la quantité de polluants présents dans l’air a faiblement diminué malgré une hausse de la population, d’après l’Agence européenne de l’environnement. Le total des émissions de particules fines, d’ozone et de dioxyde d’azote a diminué de 17% entre 2009 et 2017.

 

https://app.flourish.studio/visualisation/1348355/edit

Une baisse qui n’est toutefois pas suffisante selon les Accords de Paris repris par la directive européenne du 14 décembre 2016. Ensemble, les dirigeants du vieux continent se sont engagés à diminuer les émissions de particules fines de 27% d’ici 2020 et de 57% d’ici 2050. 

—————————————————————————————————–

Méthodologie : 

Pour réaliser ces cartes et graphiques nous avons principalement utilisé les données du rapport 2019 de l’Agence européenne de l’environnement. Nous nous sommes également appuyées sur une base de données Eurostat qui regroupe les émissions des différents polluants pour l’ensemble des pays européens sur ces dix dernières années. Nous avons sélectionné les quatre polluants ayant le plus gros impact à grande échelle sur l’homme pour construire nos courbes et camemberts.

Le diagramme en bâton représentant le nombre de morts prématurées en lien avec la pollution de l’air nous a posé problème. Pour certains pays, les données étaient assez floues, ex: mort provoquées par les oxyde d’azote <5. Nous avons donc choisi de considérer ces données comme nulles.

Nous avions pensé faire un graphique représentant les jours perdus par habitant et par pays à cause de la pollution atmosphérique. ce que nous n’avons finalement pas fait parce que nous manquions d’informations et que nos résultats différaient de ceux trouvés par d’autres médias. Après avoir vérifié nos calculs à plusieurs reprises nous avons tout de même décidé d’inclure notre résultat dans notre article.