Qui sont les invités des deux plus grandes matinales françaises?

Couleur politique, genre, domaine d’expertise… RTL et France Inter s’imposent comme les deux matinales les plus écoutées sur le territoire français. À qui donnent-elles la parole ? 

En janvier, Médiamétries publiait les résultats d’audience des médias français. La matinale de France Inter (7h-9h) domine le paysage médiatique : elle est écoutée par plus de 2 millions de Français. Ses audiences atteignent un pic de 2,3 millions de personnes pendant le journal de 8h, moment le plus écouté de la journée toutes radios confondues. À ses trousses, RTL, deuxième matinale de France avec près d’1,7 millions d’auditeurs de 7h à 9h. Nous avons dressé le profil des invités des matinales de ces deux radios. 

Nombre d’invités masculins et féminins depuis le début du quinquennat

Ce qui frappe lorsque l’on étudie le profil des invités, c’est d’abord la différence de représentation entre les genres. Chez France Inter que chez RTL, il y a 4 fois plus d’invités masculins que féminins.

Si les femmes sont moins représentées, une poignée d’entre elles bénéficie d’une certaine couverture médiatique : les ministres du gouvernement. Agnès Buzyn, ministre de la Solidarité et de la Santé, s’impose dans les deux matinales, ce qui peut s’expliquer par les nombreux dossiers qu’elle a en charge : réforme des retraites, crise de l’hôpital public, etc. C’est aussi le cas de Nicole Belloubet, ministre de la Justice, ou de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. 

Autre exemple, plus surprenant cette fois : Marine le Pen qui n’a été invitée que 3 fois chez France Inter depuis le début du quinquennat, est intervenue pas moins de 11 fois chez RTL. Ce qui fait d’elle la femme la plus invitée sur cette radio.

Femmes les plus invitées sur RTL et France Inter

Une pluralité de paroles

La société civile est représentée à part quasi-égale dans les deux matinales, mais la nuance se trouve dans les invités choisis. Alors qu’on retrouve majoritairement des professionnels de la société civile chez France Inter (responsables d’ONG et d’institutions), RTL accorde plus volontiers la parole à des citoyens moins familiers des médias (directeur d’école, gendarmes…). D’autre part, on note une nette importance de la culture et du sport chez France Inter (environ 9% des invités contre moins de 3% chez RTL). 

Si les deux radios divergent sur ces points, elles se retrouvent sur l’importance donnée à la parole politique. Parmi ces paroles, une dépasse toutes les autres : celle de LREM. 

LREM surreprésentée

Chez France Inter, Philippe Martinez, est la personne la plus invitée (12 fois). C’est une exception car les 6 autres en haut du classement sont des membres du gouvernement : Christophe Castaner, Jean-Michel Blanquer, Agnès Buzyn, Muriel Pénicaud et Mounir Mahjoubi. Même refrain chez RTL, où Benjamin Griveaux bat les records avec 20 invitations. 

En analysant les diverses couleurs politiques, on observe un véritable renversement de tendance par rapport à la période pré-2017. En 2019, une étude de la revue INA constatait que, sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy et François Hollande, les partis d’oppositions étaient plus représentés dans les matinales radio que le parti au pouvoir. L’irruption de LREM et le morcellement des partis traditionnels se retrouvent aussi à l’antenne. 

__________________________________________________________________________________

Méthodologie : Nous avons inclus dans notre analyse l’ensemble des invités des matinales de RTL et de France Inter (respectivement “L’Invité de RTL” et “Le Grand Entretien”), diffusés du lundi au vendredi, du 8 mai 2017 (lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron) au 5 février 2020. 

  • Les invités sont classés “politiques” lorsqu’ils sont détenteurs d’un mandat électoral au moment de l’interview et/ou membres d’un parti politique. 
  • La catégorie “experts” inclut les universitaires, les médecins-chercheurs et les journalistes interviewés pour apporter un éclairage sur une actualité. 
  • La rubrique “société civile” prend en compte toute personne ou groupe non gouvernemental, sans but lucratif (porte-parole d’ONG, lanceur d’alerte, chef religieux.)
  • La rubrique culture et sport prend en compte les professionnels de ces deux domaines (sportif, directeur de fédération, écrivain ou écrivaine, acteur ou actrice, etc).
  • Les invités ne répondant pas aux critères ci-dessus ont été considérés comme “autres”. Cette catégorie est en grande partie constituée d’ambassadeurs, de chefs d’entreprises, de militaires et de responsables administratifs, etc. 

Concernant les étiquettes politiques, nous nous sommes basés sur l’affiliation déclarée par la personne le jour de l’interview. Les ministres de la majorité non-adhérents à LREM ont tout de même été classés sous l’étiquette “Membres du gouvernement, LREM et affilés” afin de rendre compte de la place accordée à la parole gouvernementale. Les adhérents à l’UDI et au MODEM font également partie de cette catégorie. 

Camille Richir, Victoria Garmier et Nicolas Benoit