Rugby : à quoi ressemble le XV de France version 2020 ?

Jeune et peu expérimentée : portrait de la nouvelle équipe de France, auteure d’une première victoire face à l’Angleterre dimanche dernier. 

De nouveaux visages et un plus grand effectif. En l’espace de quelques mois, l’équipe de France de rugby a bien changé. Ce sont 42 joueurs qui se retrouvent dans les vestiaires à l’occasion du Tournoi des six nations, débuté le week-end dernier. Soit onze de plus que lors de la Coupe du monde. Parmi eux, 19 novices et seulement quatorze des 31 Bleus présents au Japon à l’automne dernier. Le cru 2020 du XV de France est un pari audacieux opéré par Fabien Galthié, qui a succédé au très critiqué Jacques Brunel. Et assumé par le sélectionneur : “c’est une équipe jeune et inexpérimentée”, a‑t-il reconnu lorsqu’il a présenté la liste retenue pour affronter l’Angleterre, l’Italie, le Pays de Galle, l’Écosse et l’Irlande.

 

“Après 30 ans, ce n’est pas simple”

Premier constat : le XV de France a subi une vraie cure de jouvence. L’âge moyen du groupe s’élève à 24 ans, contre 27 ans chez les 31 rugbymen qui s’étaient envolés pour le Japon. Dans le nouvel effectif, plus de la moitié des joueurs ont moins de 25 ans. Pendant la Coupe du monde, ils n’étaient qu’un tiers dans ce cas. Une fraîcheur incarnée par le nouveau capitaine, Charles Ollivon, âgé de 26 ans. Son prédécesseur, Guilhem Guirado, en avait lui 33.

Cliquer sur “Made with Flourish” pour accéder aux infographies interactives.

Parmi les Bleus éliminés en quart de finale de la Coupe du monde, douze étaient trentenaires. Désormais, Bernard Le Roux, seul joueur âgé de 30 ans, fait figure de “doyen” de l’équipe. Pour autant, Fabien Galthié se défend de faire du jeunisme. “Il n’y a pas d’âge éliminatoire”, assure l’homme aux commandes du XV de France, qui concède quand même : “au niveau international, après 30 ans, ce n’est pas simple.” D’ailleurs, le rajeunissement de l’ovalie française avait déjà été amorcé sous l’ère Brunel. Il avait fait confiance à Romain Ntamack, devenu le plus jeune joueur français à disputer une coupe du monde, à 20 ans et 5 mois.

 

Sélection de champions

Outre la jeunesse, difficile de ne pas être frappé par la nouveauté : une petite moitié de l’équipe joue pour la première fois sous les couleurs de la France. Et ils ne sont que cinq à compter plus de 25 sélections à leur actif. Tout le contraire de la sélection pour la Coupe du monde, qui ne comprenait aucun joueur dont ce n’était pas au moins la seconde sélection. Un risque pris sans hésiter par Galthié. “On ne dépasse pas en moyenne les 10 sélections par poste (…) On n’est pas très haut, mais c’est aussi l’évolution de ce groupe”, a‑t-il souligné en conférence de presse.

Au Japon, pas moins de treize des 31 joueurs avaient été appelés plus de 25 fois en équipe de France. Parmi lesquels les Toulousains Yoann Huget ou Maxime Médard, qui affichent tous deux 59 sélections à leur palmarès. Dans la nouvelle liste, ces joueurs habitués à la compétition sont les grands absents. Mais ceux qui ont pris leur place n’ont pas à rougir : quatre des novices sont déjà champions du monde… des moins de 20 ans. Jean-Baptiste Gros, Killian Geraci, Cameron Woki et Louis Carbonel, après avoir fait partie des Bleuets qui ont triomphé l’année dernière, vont tenter de faire aussi bien lors de ces Six nations.

 

Moins de 5 ans en club

Si ce titre les rend plus légitimes, il n’empêche pas les joueurs historiques de manifester leur déception. “Inconsciemment, je m’en doutais… confiait Maxime Médard, 33 ans, dans une interview accordée à Rugbyrama. Mais on espère toujours.” Avec ses quinze années de carrière en senior, le joueur le plus capé de la Coupe du monde ne tire pas un trait sur un retour dans le XV de France. Tout comme ses acolytes du Stade Toulousain, Yoann Huget et Sofiane Guitoune. Mais pour d’autres, plus question de renfiler des crampons bleu-blanc-rouge. 

Après la défaite face au Pays de Galles en septembre, ils sont plusieurs à avoir pris leur retraite internationale. L’ex-capitaine Guilhem Guirado a définitivement rangé le maillot du XV de France pour n’arborer plus que celui du Montpellier Hérault Rugby, comme son coéquipier Louis Picamoles et ses quinze ans de club. Wesley Fofana, avec ses onze années d’expérience professionnelle, a également tiré une croix sur sa carrière à l’international. Du côté des joueurs qui participent au Tournoi des six nations, un seul a passé plus de dix années en club senior. Deux cinquièmes des actuels Bleus cumulent moins de cinq années d’expérience. 

À l’arrivée, il ne reste dans la nouvelle équipe que quatorze joueurs issus du groupe de la Coupe du monde. Reste à voir si cette stratégie signée Fabien Galthié sera payante. Une première étape a été franchie le week-end dernier : les Bleus sont sortis victorieux du match les opposant à l’Angleterre, vice-championne du monde. Un exploit confortant Fabien Galthié dans ses choix, lui qui voit plus loin et espère créer la future génération Coupe du monde 2023. Prochain rendez-vous pour les rugbymen français : dimanche, face à l’Italie. 

 

Méthodologie

Pour dresser le portrait de la nouvelle sélection du XV de France, nous avons choisi de la comparer à celle de la dernière Coupe du monde. La difficulté étant que le sélectionneur Fabien Galthié a décidé d’élargir le groupe, passant de 31 à 42 joueurs, pour assurer une meilleure récupération de l’équipe d’un match à l’autre. 

Nous avons constitué notre propre base de données, à partir d’informations tirées de itsrugby.fr et lequipe.fr. Le premier indicateur que nous avons retenu est l’âge des joueurs au moment de la sélection pour chacune des compétitions. Nous avons ensuite étudié le nombre de sélections préalables de chaque joueur, pour faire ressortir une donnée qui nous semblait importante : il s’agit de la première sélection pour 19 joueurs. 

Enfin, nous avons comparé l’expérience des deux équipes. Nous l’avons mesurée en comptant le nombre d’années de carrière passées par les joueurs en clubs senior, afin d’avoir une donnée commune à tous les rugbymen. Ce qui impliquait de ne pas prendre en compte dans l’expérience la carrière junior, celle dans les clubs recrutant des mineurs.