Fraude fiscale : L’Etat a récupéré neuf milliards d’euros grâce aux contrôles en 2019

Le premier ministre, Édouard Philippe, a salué ce chiffre en augmentation d'un milliard d'euros par rapport à 2018.

Une bonne nouvelle pour les finances de l’Etat et de quoi donner le sourire au premier ministre. Édouard Philippe a annoncé lundi que les services de l’Etat avait récupéré neuf milliards d’euros en 2019, grâce aux contrôles fiscaux. Soit un milliard de plus qu’en 2018, après trois années de baisses consécutives.

Présent à Bercy en compagnie de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, le chef du gouvernement s’est réjoui de cette augmentation. « Nos efforts portent leurs fruits. Neuf milliards, c’est l’équivalent du budget du ministère de la Justice », a‑t-il salué. « C’est un milliard de plus qu’en 2017 et 2018, donc un milliard de moins dans la poche de ceux qui ne respectent pas la loi », a encore souligné le locataire de Matignon.

Intelligence artificielle

Ce bon résultat s’explique en partie par la mise en place de nouveaux outils avec la loi de lutte contre la fraude fiscale, votée en octobre 2018. Bercy s’est notamment doté d’une police fiscale et a renforcé l’utilisation du « datamining », l’exploration des données des foyers fiscaux grâce à l’intelligence artificielle. Selon RTL, les sommes recouvrées grâce au « datamining » ont ainsi bondi de 130% passant de 342 millions d’euros en 2018 à 785 millions en 2019. Le nombre de dossiers a bondi : 100.000 ont été transmis aux services de contrôle via l’agence artificielle, contre seulement une centaine il y a quatre ans.

Par ailleurs, le fisc peut désormais traquer les fraudeurs sur les réseaux sociaux, comme Instagram ou Facebook, pour déceler des incohérences entre les déclarations d’impôts et l’activité en ligne. Pour rappel, la fraude fiscale engendre un manque à gagner compris entre 80 et 100 milliards chaque année à l’État, selon le syndicat Solidaires finances publiques.