HSBC prévoit de supprimer 35 000 emplois dans le monde

Le géant bancaire HSBC a annoncé mardi 18 février un objectif  de suppression de 35 000 postes dans le monde, soit 15% de ses effectifs.

HSBC devrait supprimer 35 000 emplois en trois ans, soit 15% de ses effectifs à l’échelle mondiale. La banque devrait réduire ses activités aux Etats-Unis et en Europe, après avoir connu une chute de 53% de son bénéfice net en 2019. L’ensemble de ces opérations sont menées dans le cadre d’un plan de réduction de ses coûts.

« Notre objectif est de faire passer nos effectifs actuels de 235 000 à 200 000 au cours des trois prochaines années », a déclaré Noel Quinn, Directeur général par intérim du groupe dans une interview à Bloomberg News. Il n’a pas précisé dans quelles régions ces suppressions de postes seraient effectuées. Le groupe avait déjà engagé l’an dernier la suppression de 2% de ses effectifs, soit 4 700 postes.

Une réorganisation de ses activités

Si ses activités restent stables en Asie, le groupe ne parvient pas à maintenir ses objectifs en Europe et aux États-Unis. Pour deux raisons principales : le Brexit et la guerre commerciale sino-américaine.

C’est à Noel Quinn, à la tête de la banque depuis août dernier, que revient la responsabilité de modifier en profondeur le fonctionnement du groupe dans le but de réduire ses coûts. « Nous projetons de simplifier notre complexe structure organisationnelle » tout en réduisant les coûts dans « les activités enregistrant des performances décevantes », a indiqué la banque mardi.

« Nous élaborons en conséquence un plan (de réorganisation) révisé pour accroître les rendements pour nos investisseurs (…) et bâtir la base d’une croissance future durable. Nous avons déjà commencé à le mettre en oeuvre », a ajouté Noel Quinn.

Irène Ahmadi