Réforme des retraites : Olivier Véran dénonce l’obstruction parlementaire

Le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé souhaite qu'il y ait un débat au Parlement sur la réforme des retraites pour « faire sortir les progrès sur le texte ». Olivier Véran dénonce « une volonté d'obstruction parlementaire de la part d'une partie des députés ».

Le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a affirmé la nécessité d’un « débat au Parlement » sur la réforme des retraites, mardi matin au micro de France Inter. Il a dénoncé une « volonté d’obstruction parlementaire de la part d’une partie des députés ». « Nous pourrions avoir un débat de qualité et acter nos désaccords, c’est cela la démocratie. Sauf qu’il y a une espèce de bataille qui est livrée pour nous empêcher de parler », a lâché Olivier Véran, se référant au plus de 40 000 amendements qui ont déjà été déposés contre le projet de réforme des retraites.

« Cela ne me parait pas sain en démocratie mais les députés sont habilités à le faire, comme nous sommes habilités à utiliser tous les moyens pour adopter cette réforme des retraites », a précisé le ministre de la Santé de trente-neuf ans. À propos du 49.3, « ce n’est pas l’option que nous souhaitons envisager », a précisé Olivier Véran qui ne souhaite pas que « le débat soit noyé par quelques députés de l’opposition ». Le nouveau ministre a aussi adressé une pensée aux députés de l’opposition « qui ont enrichi le texte en commission et qui voudraient avoir droit au chapitre ». « Je souhaite que nous ayons un débat au Parlement car c’est de là que doivent sortir les progrès sur le texte » a indiqué Olivier Véran.