PSG-Dortmund : statistiquement, rien n’est perdu

Historiquement, la majorité des équipes ayant perdu 2-1 à l’aller en Ligue des champions ont tout de même réussi à se qualifier.

Après la défaite logique 2–1 contre le Borussia Dortmund, les supporters du Paris Saint-Germain ont légitimement de quoi s’inquiéter pour l’avenir européen de leur équipe. Si le match de mardi soir n’incite pas à l’optimisme pour le match retour du 11 mars, les statistiques peuvent encore donner une lueur d’espoir. 

L’historique de la Ligue des Champions est plutôt encourageant pour le PSG en ballottage. Selon Opta, entreprise spécialisée dans le traitement de données sportives, 52% des clubs ayant perdu 2–1 à l’extérieur le match aller ont réussi à se qualifier pour le tour suivant. C’était le cas, la saison dernière, pour le FC Porto, également en 8ème de finale, face à l’AS Rome. L’équipe portugaise avait acrobatiquement retourner la situation lors du match retour en l’emportant 3–1 après prolongation. 

Plus spécifiquement, le Paris Saint-Germain a déjà reçu le Borussia Dortmund, lors de la coupe de l’UEFA en 2010. Le match s’était soldé sur un 0–0 peu concluant. Même si les statistiques face au Borussia Dortmund ne sont pas des plus réjouissantes, l’équipe parisienne a montré de bons résultats contre les équipes allemandes en compétitions européennes. Sur seize matchs disputés contre des équipes d’outre-Rhin, les bleus et rouges en ont remporté neuf, soit 56% de victoires. En comparaison, leur taux de victoire en compétitions européennes s’élèvent à 38% contre les équipes espagnoles, 29% contre les anglaises et seulement 10% contre les italiennes.

Autre nouvelle qui réchauffera le coeur des supporters parisiens : en comptant le match de mardi soir, cela fait 31 matchs consécutifs que le PSG marque (pour un total de 83 buts). C’est la plus longue série en cours. L’équipe parisienne n’est plus qu’à 3 matchs de battre le record absolu détenu par le Real de Madrid qui a marqué sans discontinuer entre 2011 et 2014 en Ligue des champions. Les bleus et rouges détiennent aussi l’attaquant le plus efficace de la compétition. Neymar est impliqué sur 1 but toutes les 69 minutes depuis son arrivée au PSG (soit 13 buts et 7 passes décisives en 1387 minutes de jeu). C’est le meilleur ratio de la période parmi les joueurs comptant plus de 500 minutes de jeu. 

Dortmund peine à l’extérieur

Mais ces bonnes nouvelles sont, bien sûr, à nuancer. Si les Parisiens ont enchaîné les quarts de finale de Ligue des champions entre 2013 et 2016, ils ne sont pas parvenus à passer les huitièmes depuis. Et ce même lorsqu’ils avaient réussi leur match aller… Une suite de défaites au premier tour des phases finales qui a commencé en 2017 avec la fameuse Remontada infligée par Barcelone. La saison dernière, les hommes du Parc des Princes avaient donné de l’espoir à leurs fans en s’imposant 2–0 sur la pelouse d’Old Trafford contre Manchester United, avant de flancher à domicile au match retour, se privant ainsi des quarts de finale. Quant aux demies, les Parisiens ne les ont atteints qu’une fois… en 1995. 

La marche est donc haute pour le PSG. Mais elle l’est aussi pour Dortmund qui statistiquement a tendance à moins bien réussir à l’extérieur. Lors des phases finales de la Ligue des champions, le Borussia Dortmund n’a remporté que deux matchs à l’extérieur sur onze disputés, depuis 2013. Sur la même période, le club allemand n’est parvenu en quart de finale de Ligue des champions que deux fois, contre quatre fois pour le PSG.